Accueil > Héritages > Grands Hommes > Charles CONTEJEAN > Le parcours de Contejean

Le parcours de Contejean

mardi 18 janvier 2011, par Mitch

Le 15 septembre 1824 naît à Montbéliard, Charles Louis Contejean.
Il est baptisé le 3 octobre 1824 au temple Saint-Martin de Montbéliard par le pasteur Scharffenstein ; sa famille habite la maison qui est à l’angle de la rue de la Sous-Préfecture (anciennement rue de l’Aiguillon) et la rue du Pont du Moulin du côté de l’ancien hôpital.

Sa famille

Son père Charles Louis Contejean (1795-1842) est ferblantier de son état, et sa mère Marie-Catherine est une fille Retté (1798-1860). Charles a deux jeunes frères :

  • Frédéric-Eugène, (15 janvier 1826 à Montbéliard – 7 mai 1877 à Voujeaucourt) qui reprend le métier de ferblantier au décès précoce de leur père et qui épouse Suzanne Catherine Vuillequez (1832-1895) le 10 octobre 1863 à Bondeval, avec qui il a une fille ;
  • Georges Auguste (26 mars 1835 à Montbéliard - 6 avril 1922 à Lons-le-Saunier) qui est Receveur Principal des Douanes à Pontarlier et qui épouse Marie Augustine Xavérine Meilleur (1833-1915) avec qui il a 4 enfants.

La scolarité du petit Charles

Le 1er novembre 1833, le petit Charles Contejean, âgé de 9 ans, est scolarisé à l’école élémentaire française intégrée au collège de Montbéliard.

Au cours de ses huit années d’école, Contejean est un élève moyen, voire parfois mauvais selon les disciplines. Seules le Latin et la Chimie trouvent grâce à ses yeux. Il redouble même la 5e classe. Plus grave, est son comportement vis à vis de la hiérarchie ; tout comme ses deux frères, Charles accumule les sanctions et les punitions pour manquement à la discipline. Les trois frères Contejean sont en fait de fieffés garnements !

Contejean est nommé bachelier en lettres en août 1841.

Des débuts laborieux

En 1842, il tente un diplôme d’études supérieures à St Pétersbourg, en Russie, tout en étant précepteur. Il rentre à Montbéliard en 1846, où il trouve un emploi de commis à la Sous-Préfecture…de l’autre côté de sa rue, en face de sa maison ! Mais cela ne dure pas longtemps. En 1846 ou 1847 Contejean part une première fois pour Paris où il trouve du travail dans une usine de chimie, qu’il ne garde que quelques mois. En effet, en février 1848 Contejean a pris une part active à la Révolution et aurait été renvoyé au pays… avec un morceau du trône de Louis-Philippe !

Contejean, reprend des études

En 1852, Contejean est un des pères fondateurs de la Société d’Emulation, tout en étant le premier conservateur du Musée. En 1853, Contejean obtient à 29 ans son second bac, dans la filière scientifique cette fois, toujours à Montbéliard. Cela lui ouvre les portes de la faculté de Besançon. Il y obtient sa Licence et passe brillamment sa thèse de géologie en 1859. Il est docteur ès-sciences.

Contejean le voyageur

Depuis le 1er février 1860 et jusqu’au 29 septembre 1862, Contejean est préparateur de géologie au Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris, qu’il quitte en fin d’année 1862, pour un poste de professeur de Physique au Lycée Impérial d’Angers. Cette étape est très courte : 23 jours très exactement, du 29 septembre au 21 octobre 1862.
Il se retrouve ensuite à Toulouse du 25 octobre 1862 au 29 mars 1864, où il est chargé des cours de physique et de chimie au lycée Impérial, puis se rend à Clermont-Ferrand où le 29 mars 1864, il est nommé professeur suppléant de la chaire d’histoire naturelle à la faculté des sciences. Il va y passer sept mois et deux jours.

Poitiers : 25 ans de sa vie dédiés à la science (1865-1890)
Une nouvelle fois, Contejean déménage et se rend maintenant à Poitiers où il a obtenu un poste de professeur suppléant de géologie à la Faculté des sciences.

Contejean revient à Montbéliard durant l’été 1866 pour une joyeuse raison ; en effet, le 25 août, il épouse Sophie Louise Boissard, née le 31 janvier 1831, dans cette même ville. Cette même année, il devient tout d’abord chargé du cours d’histoire naturelle à partir du 16 octobre 1866 et enfin professeur titulaire de 1re classe le 31 décembre 1866. En 1867 les Contejean annonce la naissance de leur fille Louise le 7 juin à Poitiers.

C’est bien évidemment la période la plus riche d’un point de vue scientifique. Il aborde de manière approfondie la classification des mammifères, dans ce qui restera comme un de ses rares travaux en zoologie. Par contre, en 1874, il publie Eléments de géologie et de paléontologie (750 pages) qui fut pendant de nombreuses années le livre de chevet de tous les étudiants français dans ces matières. Ces travaux généraux ne l’empêche pas de continuer ses études sur le climat et sur la botanique du Pays de Montbéliard. Enfin en 1876, il écrit le Glossaire du patois de Montbéliard.

Chevalier de la légion d’honneur

Le 14 juillet 1880, Charles Louis Contejean, professeur à la Faculté des Sciences de Poitiers, est nommé chevalier de la légion d’honneur suite au rapport du Ministre de l’Instruction Publique.

La réalisation de son rêve de jeunesse

De 1882 à 1888, Charles Contejean réalise cinq longs et grands voyages pour l’époque : en 1882, il se rend sur le Vésuve puis en Sicile ; en 1883, il retourne à Naples pour se rendre compte des dégats occasionnés par un tremblement de terre sur l’île d’Ischia ; en 1884, il traverse la Méditerranée pour visiter les ruines de Carthage et se rendre dans le désert algérien ; en 1886, il parcourt le Portugal en 8 jours et, enfin, en 1888, il réalise son rêve d’enfant : visiter l’Orient. Via Venise, Vienne, Budapest et Bucarest, il passe plusieurs jours à Constantinople (Istanboul aujourd’hui), puis visite la Grèce et ses fabuleux vestiges (Athènes, Corinthe, Olympie).

Sa seconde vie à Montbéliard (1890 à 1900)

En 1890, Charles Contejean tout nouveau retraité de 65 ans rentre à Montbéliard après 28 ans d’absence, entrecoupés de retour chaque année pour les vacances.. D’après le remembrement de cette année là il habite au 43 rue de Besançon.

C’est pendant cette période qu’il finalise enfin son œuvre de toujours : l’herbier de la flore de Montbéliard Aujourd’hui encore son herbier du Pays de Montbéliard et son catalogue font autorité

C’est aussi pendant cette période qu’il échange de nombreux courrier avec sa petite cousine Adèle Carl (1861-1942), fille de son regretté cousin Louis Carl (1821-1890), avec qui, il avait usé les bancs du collège de Montbéliard (au contraire de Charles, Louis était un brillant élève et d’un comportement irréprochable). Adèle est pour Contejean une deuxième fille dont il se sent très proche.

Jusqu’au bout et avant de quitter définitivement Montbéliard pour partir habiter chez sa fille et son gendre à Paris, Charles Contejean continue sa collaboration active pour la SEM dans les domaines botanique, climatologique et archéologique.

Sa seconde vie à Paris (1900 à 1907)

Au cours de cette année 1900, Contejean, âgé et avec une santé qui diminue progressivement, ne supporte plus de se languir de sa famille. Il décide en accord avec ses enfants d’habiter chez eux au 9 rue Monttessuy à Paris, dans le 7e arrondissement, à deux pas du Champ de Mars et de la toute nouvelle tour metallique construite par Gustave Eiffel.

C’est en 1902 que Charles Contejean publie ses deux derniers articles scientifiques : les 106e et 107e d’une longue carrière riche et diversifiée de près de 50 ans et qui a débutée en 1853 avec la publication de Remarques sur la dispersion des plantes vasculaires relativement aux roches sous-jacentes, dans les environs de Montbéliard aux Actes des Sociétés helvétiques des Sciences Naturelles de Porrentruy.
Ces deux derniers articles, publiés dans les Mémoires de la SEM - Le climat de Montbéliard et Un dernier mot sur la flore de Montbéliard - sont les symbôle des deux sciences dont il n’a pas pu faire carrière et qui ont été ses deux passions : la climatologie et la botanique.

La mort de charles Louis Contejean

Le mercredi 13 février 1907, Charles Louis Contejean décède au domicile de sa fille à Paris ; il est âgé de 82 ans, 4 mois et 29 jours d’une vie presque entièrement consacrée à la science universelle et à la valorisation de son petit Pays d’origine.

Il a décidé de se faire incinérer, technique récente et depuis peu autorisée par la loi (1887) mais pas par la réligion. C’est un dernier pied-de-nez de ce vénérable républicain, anti-bonapartiste et anti-clérical, aux institutions et préjugés en tout genre, dont il n’a jamais pu se plier à leur règlement et à leurs principes.

Il est inhumé le dimanche 17 février à Montbéliard. Sa mort est douloureusement ressentie dans le Pays de Montbéliard où il était un personnage connu et reconnu.

En 1943, le Conseil Municipal de Montbéliard donne le nom de Charles Contejean à la rue anciennement des Jardins.

En 1982, son Glossaire est republié et enrichi par la SEM.

Hélas, en 1992, sa tombe où se trouvaient ses parents et son épouse, faute d’entretien depuis de nombreuse année, a été détruite et la concession ré-attribuée…