Accueil > Héritages > Légendes

Légendes

Dernier ajout : 4 mars 2009.

NB : Afin de nous mettre en conformité avec le respect des droits d’auteur, l’ensemble des légendes qui figuraient sur l’ancienne version de www.cancoillotte.net ont été temporairement retirées.

Si la Comté m’était contée...

Un peu d’histoire

Partout, dès le milieu du XIXe siècle, les légendes locales sont tombées peu à peu dans l’oubli, à l’exception des contrées où un auteur a eu la bonne idée de les recueillir assez tôt et de les coucher sur le papier.

Désiré Monnier, Léon Dusillet, Armand Marquiset, Alphonse Rousset, pour le Jura ; Auguste Demesmay, les frères Wuillemin, Jules Mathez, Henri Cordier, pour le Haut-Doubs ; Charles Thuriet, pour la région de Besançon ; Louis Suchaux, pour l’ensemble de la Haute-Saône, et Edgar Coulon, pour Héricourt et ses environs ; Henri Bardy et Auguste Stoeber, pour le Territoire de Belfort, tous ont été des rassembleurs de légendes.

Monnier, né en 1788, s’est intéressé le premier à nos légendes comtoises, et plus particulièrement à celles du canton d’Arinthod, où demeurait une de ses correspondantes : Madame Palmyre. Rousset, dans son dictionnaire des communes du Jura, a noté les légendes et les a recueillies plus abondamment autour de Bletterans, son lieu de résidence, tandis que le romancier Dusillet reuvrait sur Dole, de même que le sous-préfet Marquiset.

Suchaux a fait comme Rousset, dans son dictionnaire des communes de la Haute-Saône, et Edgar Coulon, habitant d’Héricourt, a « chassé » les traditions orales de cette région.

Charles Thuriet, né à Baume-les-Dames, ayant demeuré à Besançon, à Amancey et à Rougemont, a moissonné fructueusement. Dans le Haut Doubs, les frères Wuillemin, le poète Demesmay, l’historien Mathez, l’instituteur Cordier sauvaient nombre de légendes.

Enfin, dans le Territoire de Belfort, Henri Bardy et Auguste Stoeber (ce dernier étant considéré comme le Grimm de l’Alsace) ont bien travaillé, eux aussi.

Après tous ces pionniers, d’autres conteurs ont continué la récolte, mais le plus gros de la moisson était engrangé. Aujourd’hui, on a de la peine à glaner, de ci, de là, un épi oublié.

Source : Gabriel GRAVIER, Franche-Comté, pays des légendes, t. IV, Lons-le-Saunier, éditions Marque-Maillard, 1985, pp. 123-124.

Après ce petit rappel historique, il est temps de découvrir notre florilège de légendes comtoises. Bonne lecture !