Accueil > Paysages > A pas Comté... > Les vergers de Fallon (70)

Les vergers de Fallon (70)

dimanche 29 août 2010, par Karine

Cet itinéraire est inspiré du Sentier de la Mirabelle, fiche de randonnée éditée par la Communauté de Communes du Pays de Villersexel. Cette fiche est disponible sur simple demande à l’office de tourisme de Villersexel et offre deux variantes.

JPEG - 219.4 ko
Itinéraire



  • Distance : 7.5km
  • Temps : 2h
  • Dénivelé : 220m
  • Carte IGN : 3522 O ou Haute-Saône - Vosges du sud et haute vallée de l’Ognon

En arrivant de Mélecey, vous trouverez sur votre gauche le parking de l’école maternelle de Fallon, place de la Libération.

JPEG - 293.6 ko
Fontaine de 1764

Du parking, vous apercevrez la plus ancienne fontaine de Haute-Saône. Elle date de 1764, sous le règne de Louis XV.

Cette fontaine est composée de deux bassins et d’un édicule. La second bassin est protégé par une halle.

Revenez sur la route et montez à l’église. Vous suivez les torcols (balises représentant un oiseau).

Bientôt, vous passerez à proximité des premiers pommiers, pruniers, cerisiers et mirabelliers.

Au terme d’un mur de pierre, vous longerez la chaussée du bassin de l’ancienne fonderie, aujourd’hui reconverti en base nautique.

JPEG - 217 ko
Vergers

Le chemin agricole que vous emprunterez vous mènera aux vergers du village, là où jadis on trouvait de la vigne. Celle-ci a disparu au XIXe siècle, suite à la propagation du phylloxéra. Le mirabellier est l’un des rares arbres à se multiplier naturellement par semis. Il s’est particulièrement bien adapté au sol argilo-calcaire de la région.

De retour sur une petite route goudronnée, vous la suivrez jusqu’à ce que les balises vous invitent à tourner à gauche pour suivre une bordure de champ.

La Motte de Grammont culmine à 520m d’altitude. A l’âge du fer, la motte était une place forte et tenait lieu d’oppidum. C’est au XIVe siècle qu’un château fut construit. Louis XIV le fit raser en 1674 lorsqu’il reconquit la région.
JPEG - 99.5 ko
Notre Dame de Bonne Espérance

Vous suivrez le sentier, entrerez dans la forêt et procéderez à l’ascension de la Motte de Grammont, plus haut sommet du département hors pays sous-vosgien. Ne manquez pas de grimper à droite pour rejoindre la vierge et le belvédère.

La vierge de Grammont : cette vierge fut construite à la fonderie de Fallon. Elle fut installée au sommet de la motte au XIXe siècle pour protéger la population et la fonderie. La légende raconte que les jeunes gens des villages alentours s’amusaient à faire pivoter la statue afin qu’elle regarde en direction de leurs villages. Offusqué, le curé demanda à ce que le jeu cesse. Il déclara que le vierge avait les pieds posés sur Grammont, qu’elle regardait en direction de Fallon, que sa main droite était tendue vers Mélecey et que la gauche approchait Bournois.

Faites demi-tour et poursuivez tout droit (ne descendez pas le raidillon que vous aurez monté à l’aller, mais poursuivez tout droit en suivant les balises) jusqu’au village de Bournois. Avant d’entrer dans le village, prenez la première petite route qui se présentera à droite et rejoignez les vergers de Fallon.

***

Fallon

La fonderie émaillerie :

JPEG - 116.6 ko
Saline de Mélecey

créée en 1711 par Guillaume de Raincourt, la fonderie fonctionna très bien au XIXe siècle. En 1893, elle était la dernière du département et elle ferma ses portes à la veille de la seconde guerre mondiale. Les bâtiments ont été bien conservés et sont encore visibles. Ses fourneaux étaient réputés.

Le château ou Maison du Maître des Forges : attenante à la fonderie, ses hauts murs sont visibles de loin et ils semblent en cours de réfection.

La salinerie de Mélecey : située en limite de Fallon, cette salinerie est elle aussi bien conservée. Fondée en 1845 par le marquis de Raincourt, elle fonctionna jusqu’en 1874 et exploita les mines de sel gemme. Un mineur produisait 224kg de sel par jour. Son déclin est dû à l’épuisement des mines de houille et de sel qui se trouvaient à proximité, à la concurrence et à l’éloignement des voies principales de communication. Le sel fut d’abord extrait comme un minerai. Ensuite, on utilisa un système de dissolution et de pompage. Un canal souterrain au bâtiment photographié actionnait une pompe qui faisait remonter la saumure à la surface. Des serpentins permettaient l’évaporation de l’eau.

Spécialité : le chiquand’li. C’est un chocolat fourré à la mirabelle.


P.-S.

Cistes 46768, 46789, 46798, 29405 et 73667.



info portfolio

Prunes Mirabelles Sortie de Fallon Pâturages Maison du maître des forges La Motte de Grammont L'herbe est toujours meilleure chez le voisin... Panorama depuis la Motte de Grammont Profil