Accueil > Héritages > Histoire > Résistance 39-45 > Le Maquis du Lomont (1)

Le Maquis du Lomont (1)

L’attaque du 22 août 1944

mercredi 12 novembre 2008, par Eustache

Ce texte est tiré d’un ouvrage collégial, écrit de 1992 à 1994 par les classes de CM1 & CM2 de l’école de Montécheroux : « Montécheroux de A à Z »

(localement en librairie et sur demande à l’école du village)

M comme Maquis

En été 1944, il existait dans le Pays de Montbéliard, plusieurs petits groupes qui sabotaient des ponts, des voies ferrées, des lignes électriques et téléphoniques...

Le 11 août, le colonel Maurin commandant la sous-région militaire et son adjoint, le capitaine Floege, décidèrent de regrouper ces résistants et d’occuper le Lomont, considéré comme « observatoire de qualité et position stratégique »

Le 15 août, jour du débarquement en Provence, Maurin est arrêté, et Floege, qui prendra le pseudonyme de « Commandant Paul », dirigera seul le maquis.

Les résistants devaient s’installer entre Liebvillers et Montécheroux, mais le 19 août, ils sont délogés par les Allemands (Lors de cette attaque les Allemands font 9 prisonniers, dont seulement 2 reviendront des camps).

Ils se regroupent le lendemain sur le haut du Lomont, entre la Tour Carrée et la Ferme Jonathan (Abram), sur le territoire de Montécheroux. De nouveaux arrivants viennent grossir l’effectif.

Le 22 août, le maquis du Lomont subit la première attaque allemande.
Dans « Pages d’Histoire du Lomont », le commandant Harnisch décrit ainsi cette journée mémorable :


Attaque du 22 août 1944

« Le 22 août, dans la matinée, on entend dans la vallée, crépiter les mitrailleuses, et le canon tonne : les éléments précurseurs, occupés à aménager le maquis du Lomont sur la crête Brisepoutot – Tour Carré – Ferme Jonathan, sont violemment attaqués.

JPEG - 179.2 ko
la Tour Carrée

Dès 8 heures, les avant-postes sont accrochés par des fantassins allemands qui débouchent des côtes boisées de Brisepoutot.
Tout paraissait calme pourtant en cette belle matinée d’été, et rien ne présageait qu’elle fut si soudainement troublée, pas même la visite du « mouchard » qui, vers 7 heures, survolait le maquis. Ne venait-il pas chaque jour maintenant, interrogeant les couverts...
Les premières rafales bouleversent d’un coup la quiétude du camp. Les hommes armés – tous ne le sont pas – bondissent vers les postes de combat.

Bientôt la lutte se généralise : le contact semble être pris sur tout le front nord du maquis, d’où émerge la Tour Carrée, ouvrage militaire détaché du fort en sentinelle qui jamais ne connut la guerre, aujourd’hui point de force qui devient très vite l’objectif de l’ennemi.
Un fusil mitrailleur qui, au pied de l’ouvrage, barrait le chemin du fort du Lomont – Pont-de-Roide par la Batterie des Roches (aujourd’hui chemin carrossable - D 124 - connu sous le nom de « chemin stratégique »), est mis hors de combat, tireur tué.
Les Allemands occupent alors la Tour Carrée ; la lutte se cristallise pour un temps autour de ce fortin d’où l’ennemi est chassé vers onze heures.

JPEG - 120.8 ko
Brisepoutot

Les pentes de Brisepoutot sont le théâtre d’une lutte acharnée ; les combattants se glissent le long des haies et mitraillent les Allemands retranchés dans les fermes ou leurs dépendances.
Il est midi : la situation se stabilise pour un temps, dans un calme relatif.

Mais une nouvelle menace s’ébauche, qui va rapidement se préciser : des chars ont traversé Pont-de-Roide. Ils sont signalés à Noirefontaine ; ils montent au Lomont.
Ainsi l’attaque par le Nord vient de se doubler d’une attaque par le Sud : il s’agit donc bien d’une opération sérieuse, montée par un ennemi résolu à tuer dans l’œuf le maquis du Lomont, et décidé à y mettre le prix.

JPEG - 157.1 ko
La ferme Jonathan (ou Ferme Abram)

Dès lors, la lutte s’intensifie : Vers 15 heures, les Allemands reprennent la Tour Carrée, y installent une mitrailleuse lourde, dont le feu violent rase, par-delà l’étroit vallonnement qui l’en sépare, le plateau de la ferme Jonathan où se raidit la défense.

Les chars apportent aux assaillants un renfort qui, s’appliquant au revers du Maquis, pourrait semer le désarroi.
Le premier blindé est surpris, tourelle ouverte, à son débouché sur le plateau de Montécheroux - Liebvillers (route de Noirefontaine), et son équipage détruit par les éléments apostés sur les rochers en surplomb de la route.
Un deuxième char dépasse Montécheroux, s’engage sur la route du Lomont, tourne en rond par deux fois et bombarde le Fort qu’il croit occupé.

Cependant, la lutte atteint, entre seize et dix-sept heures, sa pointe d’intensité. Les Allemands resserrent de toutes parts leur étreinte, atteignent « le Passage de la Douleur », accentuant rageusement leur pression. La fusillade et la canonnade s’amplifient. Le moment est critique.
Le commandant américain (capitaine Floege), organisateur de la défense, passe, armé d’un bazooka, et conservant son imperturbable calme, attaque un char à courte portée pour le mettre en deux coups hors de combat.

Partout se tendent les volontés, se multiplient les actes de courage et les sacrifices. Les chars refluent, l’infanterie allemande semble hésiter.
Après dix-sept heures, sa pression se relâche sensiblement.
Finalement, à six heures du soir, l’ennemi abandonne une partie chèrement disputée, et emporte ses morts.

Cette journée du 22 août, première journée de combat, est une journée de victoire.
D’emblée, le Lomont affirme sa volonté de rester terre libérée. »

PNG - 662.1 ko
Maquis du Lomont : carte générale

Comtois rends-toi ! Nenni ma foi !

Le « Petit Monument » du Lomont

JPEG - 146.9 ko
Le Petit Monument (détail)

Au lendemain de la guerre, c’est Robert Brand, chef du Corps Franc de Bavans, qui a pris l’initiative de faire du lieu de la baitaille du 22 août, un lieu de souvenir pérène.
C’est ainsi qu’a été érigée, en 1945, une stèle, sur les hauteurs de la Ferme Jonathan.
C’est à cet endroit, face à la crête d’où émergeait la Tour Carrée, que sont tombés plusieurs résistants. Aujourd’hui, l’endroit est boisé et l’on a du mal à se rendre compte que la Tour Carrée est juste derrière, à portée de mitraille... mais en 1944, la crête était dégagée, n’offrait que peu d’abri aux résistants.
C’est en 1994, que les deux plaques gravées aux noms des victimes de cette attaque ont été apposées de part et d’autre de la Croix de Lorraine.

Le Monument du Lomont au Passage de la Douleur

JPEG - 140.7 ko
Le Monument du Lomont

C’est sous l’impulsion de Georges Meyer que la décision d’ériger un « Monument Commémoratif aux Morts du Maquis du Lomont » a été prise.

Une souscription a été lancée dans tout le Pays de Montbéliard.
La commune de Mandeure acquiert l’ilot de terrain situé au Passage de la Douleur (commune de Pierrefontaine).
L’architecte Gabriel Painchaux a tracé les plans de l’ouvrage.
L’entreprise Roudet est chargée de la construction du monument,
C’est H. Campagnola, élève du sculpteur Georges Laëthier, qui fait sortir le maquisard de la pierre...

Le monument est inauguré le 24 août 1947 par le Général Béthouart, devant une assemblée de 20000 personnes.

JPEG - 70.4 ko
Le Monument du Lomont (détail)

D’une hauteur de 13 mètres, ce « phare du Lomont », obélisque de pierre, est surmonté d’une lanterne (« sémaphore » que l’on pouvait allumer à l’occasion) et d’une croix de Lorraine.
Le Maquisard, colosse de 2,50 m, est lui-même surmonté du blason de la ville de Montbéliard.

(2e partie : l’attaque du 6 septembre)



info portfolio

La Tour Carrée Le Chemin Stratégique Le Monument du Lomont (détail) Le « Petit Monument » (attaque du 22 août 1944)