Accueil > Paysages > A pas Comté... > De Montjoie-le-Château à la Faux d’Enson (25/Jura suisse)

De Montjoie-le-Château à la Faux d’Enson (25/Jura suisse)

Par monts et par vaux, entre France et Suisse.

jeudi 18 septembre 2008, par Eustache

Je vous propose une randonnée au départ des rives du Doubs, qui vous emmènera sur et au-delà de la frontière Suisse, jusqu’au point culminant du Lomont : la Faux d’Enson.

Ce circuit se déroule sur des sentiers balisés par la randonnée hérimoncourtoise, les sentiers de randonnée pédestre Suisse, et pour une petite portion sur sentiers non balisés.
Prévoir votre carte d’identité...

Carte IGN 1:25000 - 3629 OT
Randonnée de 5 à 6 h de marche, 14km sur un dénivelé de 600 m
Randonnée sans difficulté, marcheurs entraînés.

On y accède depuis Saint-Hippolyte, en remontant la vallée du Doubs, la direction Sainte-Ursanne. Le départ peut se faire de Montjoie-le-Château ou de Vaufrey (Parking à gauche après le pont de chaque village)
Autre accès possible : par la Suisse et Réclère.

PNG - 100.9 ko
Itinéraire
JPEG - 19 ko
Profil

PNG - 980 ko
la chapelle

Une vingtaine de maisons, dont quelques fermes, une « ribe » (pressoir), et une chapelle. C’est un (petit) village en apparence comme n’importe quel autre dans la région.

PNG - 1006.6 ko
la tour de rempart

_ Le chemin de randonnée se faufile entre deux maisons et sous la chapelle. Un peu de curiosité incite à faire les 20 mètres qui s’écartent du sentier balisé. Heureuse initiative, car nous voici sous une formidable tour de rempart, aux moellons imposants et étonnement bien préservée.
La chapelle (datant du XIIe s.) abrite sous sa fenêtre centrale, le corps momifié de Claudine de Montjoie , châtelaine des lieux. Peu d’indications pour visiter le site, à part un panneau d’informations historiques. Il faut explorer les sentes.

PNG - 911.7 ko
le donjon ruiné

En reprenant le fil de notre ascension, l’une d’elle bifurque à droite (antenne de télé hertzienne) et nous conduit en deux ou trois lacets... à un solide donjon que l’on ne soupçonnait même pas du village !

Le Château a été édifié sur un éperon barré au XIIIe siècle. Modèle du genre, il commandait le défilé que forme la vallée du Doubs à cet endroit. Il serait à l’origine du cri de ralliement des rois de France : « Montjoie, Saint-Denis »... Possession des Seigneurs de Glère, puissante baronnie, il fut plusieurs fois assiégé. Il fut détruit en 1635, pendant la guerre de Trente-Ans.

L’exploration terminée, il faut rebrousser chemin jusqu’à l’antenne et poursuivre tranquillement la montée. Le chemin grimpe assez rapidement, d’abord sur la croupe qui domine le château, puis dans la forêt à l’aplomb de la Noirecombe.

PNG - 884.8 ko
sur le « sentier des contrebandiers »

Dans le haut du vallon, à la borne 467, on se retrouve sur le sentier des contrebandiers. Une bifurcation se présente : direction Réclère.
Le chemin serpente en montagnes russes, sur le haut de la côte de Noirecombe, puis brusquement, il remonte le long d’un ruisselet perpendiculaire au sentier.
C’est le dernier effort jusqu’à la crête « sur les Roches » où un promontoire dégagé offre une vue sur la vallée. Il suffit maintenant de se laisser aller sur le chemin de crête, jusqu’au poste frontière.

PNG - 922.4 ko
du côté du « préhisto-parc »

_ Sur cette portion, on longe un moment le « Préhisto-Parc » du complexe touristique des grottes de Réclère , et l’on peut apercevoir quelques « sympathiques bestioles » ! A la douane, il faut traverser la route et se laisser guider par les flèches pour bientôt parvenir à la ferme de Montavon.

PNG - 821.2 ko
à la ferme Montavon

La ferme fait partie du réseau « Aventure sur la paille » et si l’envie vous prenait d’organiser votre randonnée pour y faire étape, je vous le conseille sans hésitation (expérience et accueil sympas)

On redescend ensuite vers le ruisseau de la Vaux, que l’on traverse à plusieurs reprises, avant de remonter vers la ferme éponyme (fabrication et vente de produits ovins et caprins). Ici, il faut quitter le sentier balisé pour remonter le vallon (sur route, très agréable malgré tout).

PNG - 746.3 ko
panorama depuis les hauteurs de Roche-d’Or

_ En le quittant, on retrouve le balisage suisse (triangle jaune)pour rejoindre le village de Roche d’Or. Sur les hauteurs, un large panorama s’offre à nous : vers l’ouest, sur la chaîne du Lomont et les éoliennes de Feule ; au Nord, le bassin de Montbéliard-Belfort, les Vosges, la plaine d’Alsace et la Forêt Noire...
On termine l’ascension et à travers les pâtures et on arrive en vue de la tour d’Observation de la Faux d’Enson. C’est le point culminant du circuit.

PNG - 650.2 ko
la Tour d’Observation de la Faux-d’Enson

Altitude : 926.6 m
On accède à son sommet (10 m) par un escalier en colimaçon et on bénéficie, par temps clair, d’un panorama très étendu (table d’orientation). Au Sud, la chaîne des Alpes et les trois mythiques sommets de l’Oberland bernois, Mönch, Eiger, Jungfrau.
Le point de vue de la Faux d’Enson fait partie du réseau de base de la triangulation suisse. Il a servi en 1834 aux travaux de la Carte Dufour pour relier les réseaux topographiques suisse et français.

PNG - 1.1 Mo
borne frontière côté France

Cap sur le fond de la pâture (vers le sud-ouest). Cette portion est hors circuits balisés, mais sur sentiers existants. Un portillon métallique nous invite donc à poursuivre dans cette direction. Encore un sentier en crête, et sur les bornes frontalières.
Pas de vue, puisque nous cheminons en forêt, mais l’ambiance y est agréable. La descente s’amorce au moment où l’on sort du couvert. La végétation printanière peut déborder un peu sur la sente, mais ce n’est guère possible de s’égarer.

PNG - 913.4 ko
salut amical de trois curieux...

_ Attention, à l’approche des pâturages que l’on devine en contre-bas, une clôture nous barre soudainement le passage (juste un fil barbelé).
On débouche enfin sur un large chemin agricole qui nous conduit dans la pente, jusqu’au hameau de Montursin. On rejoint alors le balisage jaune et bleu pour rallier Vaufrey, au bord du Doubs. (Triste vision de décharge sauvage aux abords du hameau, sur les premières dizaines de mètres du talweg...)

PNG - 906 ko
la Fontaine aux Lions

C’est à mon avis la portion la plus difficile du circuit : La descente est raide, caillouteuse puis extrêmement boueuse sur la fin...
Vaufrey, où l’on a envie de s’attarder un peu. La « Fontaine aux Lions », typique côtoie un pressoir (une ribe en pierre).
On rejoint les bords de la rivière, que l’on longera jusqu’à Montjoie.
Le long du parcours, à repérer : le « Château », très imposante maison de maîtres, et l’église perchée.

PNG - 554 ko
l’église perchée de Vaufrey


info portfolio

la « ribe » de Montjoie la ruelle qui monte à la chapelle le rempart et la chapelle l'entrée du donjon sur le sentier de la Noirecombe à la ferme de La Vaux ribe et presse à Vaufrey retour sur Montjoie, par les rives du Doubs