D

samedi 22 janvier 2005, par Thier, Murie

Dans la même rubrique

  • DAUBOT(TE) : (adj. et n.) Simple, un peu idiot, mais pas méchant. « Il est complètement daubot ». S’emploie aussi comme substantif. Ex. « Le Christian ? mais c’est un vrai daubot ! »
  • Étym. incert. De l’anc. fr. dauber, blanchir, du lat. dealbare, p.-ê. via le prov. dalbar ; ou bien, dans le sens de « frapper », du francique *dubban. Ou alors, d’après Dauzat, forme locale de adouber (13e s., même racine francique), au sens de « malmener », attesté chez Molière en 1662.
  • DAUBOTTE : (n. f.) Tourterelle.
  • DADOULET : (n. m.) Nigaud.
  • Orig. Probablt. forme rég. de dadais.
  • DÉBOUCHER (SE) : (v. pron.) Se découvrir (au lit). Ex. « Ne te débouche pas trop, tu vas prendre froid ».
  • DÉBOURRER : (v. tr.) Éplucher le maïs.
  • Orig. Ôter la bourre, ou la « barbe » du maïs.
  • DÉBRINGUENAUDÉ : (p. p.) Débraillé.
  • Étym. P.-ê. du gaul. *brinos, bâton, verge, qui a donné brin, bringue, et une série de mots débutant par « bri(m)b-... ». Influence poss. de baguenauder (?).
  • DÉCHAULER : (v. tr.) Enlever la cupule. « La grosse noisette jaune déchaulée ».
  • Orig. V. CAULE.
  • DÉCHAUMER : (v. intr.) Procéder à un labour léger après la moisson.
  • Orig. Débarrasser la terre du chaume.
  • DÉCONNAÎTRE : (v. tr.) Distinguer.« On ne les déconnaît pas (en parlant de jumeaux) ».
  • DÉDEVENIR : (v. intr.)
    1. Végéter. Ex. « Il ne grandissait plus, il dédevenait ».
    2. Vieillir. Ex. « On voit bien qu’elle n’a plus sa tête. C’est tout de même triste de dédevenir ».
  • DÉFAIRE (SE) : (v. pron.) Se déshabiller.
  • DÉFERMER : (v. tr.) : Ouvrir. Ex. « J’entends le chat qui gratte : vas-donc défermer la porte ».
  • Orig. Du préf. dé- et du v. fermer. Forme attestée en français classique.
  • DÉFEUILLER : (v. intr.) Perdre ses feuilles. « Les arbres commencent à défeuiller ».
  • DÉFOUILLLER : (v. tr.) Effeuiller, enlever les feuilles. Ex. « Au cours des veillées, on défouillait le maïs ».
  • DÉFRUITEMENT (CHEMIN DE) (n. m.) : Chemin de défrichement.
  • Étym. de défruit, usage, jouissance des produit de la terre.
  • DÉMARIER : (v. tr.) Éclaircir les semis, les plantations.
  • DÉMÊLER : (v. tr.)
    1. Délayer. Ex. « On mélange les gaudes avec de l’eau, on les démêle ».
    2. Trier, répartir selon la grosseur par exemple. Ex. « As-tu fini de démêler les pommes de terre ? » (70).
  • DEMEURANCE : (n. f.) Lieu de séjour. Ex. « Le bois de demeurance de mes parents ».
  • DÉPÊCHER VITE (SE) : (loc. v. pron.) Se dépêcher. Ex. « Dépêche-toi vite, tu veux être en retard ! »
  • DÉPORTER : (v. tr.) Rayer, supprimer. Ex. « Inscrit par erreur, je me suis fait déporter », c’est-à-dire rayer de la liste.
  • DÉPURER : (v. intr.) Suinter, dégouliner. Ex. « Ôte-moi voir ce parapluie de là, tu vois bien qu’il dépure sur le plancher ».
  • Étym. Anc. fr. purer, nettoyer (lat. purum > purare). Employé également au sens de presser les légumes, passer au crible.
  • DEPUIS : (prép.)
    1. De, du (sens spatial) Ex. « Il est tombé depuis le clocher ».
    2. Depuis le temps où (suivi d’un adjectif avec verbe sous-entendu). Ex. « Je la connais depuis toute jeune ».
  • DÉROBE-VIN : (n. m.) Trappe dans la cuisine. « Parfois, on peut descendre directement de la cuisine dans la cave par une trappe : c’est le dérobe-vin ».
  • DÈS NOUS : (loc.) Dès notre arrivée. Ex. « On se mettait à table dès nous ».
  • DESSORTIR : (v. intr.) Sortir de. Ex. « Veux-tu bien dessortir de là, espèce de murie ? »
  • DESSERRER (SE) : (v. pron.) Faire de la place. Ex. « Viens donc t’asseoir vers moi, je veux me desserrer un peu »
  • DÉTETTER : (v. tr.) Être sevré. « Il n’est encore pas fini de détetter qu’il court déjà les filles ».
  • DÉTOURNER : (v. tr.)
    1. Empêcher quelqu’un de faire quelque chose . Ex. « Je ne regrettais plus que la pluie m’ait détourné d’aller à la pêche ».
    2. Mettre de côté, réserver. Ex. « On détournait les œufs de la semaine sainte et spécialement ceux du Vendredi Saint ». « On n’a pas encore détourné le journal » = On ne vous l’a pas encore mis de côté (70)
    3. Dérober. Ex. « Elle a détourné un panier de raisin pour s’acheter un bonnet ».
    4. Découvrir le lieu de reposée d’un animal et en marquer l’enceinte. Ex. « Les gardes viennent annoncer qu’ils avaient détourné un grand vieux loup en forêt ».
  • DEUX (LES) : (loc.) Tous les deux. Ex. « On est allé au cinéma tous seuls les deux, la Denise ». « On a mangé les deux Françoise » (sous-entendu Françoise et moi).
  • DEVANT : (n. m.) Tablier.
  • DEVENIR : (v. intr.) Revenir. « Es-tu allé à Besançon ? J’en deviens ».
  • DEVINOTTE : (n.f) Petite histoire en forme de devinette.
  • DIABLE (DU) : (interj.) Très utilisée pour accentuer une exclamation. Ex. « Du diable si je n’en ai pas senti le froid dans le dos ».
  • DIAICHOTTE : (n. f.) Jeune fille (Région de Montbéliard)
  • Syn. gachotte, gaichotte.
  • Étym. V. gaichotte.
  • DIALE L’AIPOI ! : (loc. interj.) Expression marquant la colère ou le dépit « Diale l’aipoi ! j’ai laissé sauver le lait ! » (Surtout dans le pays de Montbéliard)
  • Orig. Forme locale de « Diable la poix » = « Diable ! quelle poisse ! »
  • DIFFÉRENT (PAS) : (loc. adj.) Sympathique, pas prétentieux. « Elle est bien polie, pour une Parisienne, pas différente pour un sou. »
  • DIFFICILE (AVOIR) : (loc.) Ne pas pouvoir facilement. Ex. « J’ai bien difficile à comprendre ce qu’il dit ».
  • Anton. : Facile (avoir)
  • DÎNER : (n. m.) Repas de midi.
  • Orig. Forme encore vivante en franche-Comté et en Suisse, du vieil usage français où l’on déjeunait le matin, on dînait à midi et où l’on soupait le soir.
  • DISCONTINUER : (v. intr.) Cesser. « Il a plu sans discontinuer ».
  • DIX-HEURES (FAIRE LE) : (loc.) Prendre le casse-croûte de la matinée. On dit aussi « faire les dix-heures ».
  • V. aussi Quatre-heures.
  • DÔNER : (v. tr.) Destiner un jeune homme (le dôné) à une jeune fille (la dôneuse).
  • Orig. Forme rég. du v. donner.
  • DONNER (v. empl. absolt.) : donner à manger. Ex. « Roland est allé donner aux lapins ».
  • DONNER GARDE DE (SE) : (loc. v. pron.) Éviter de. Ex. « Avec ce verglas, je vais essayer de me donner garde de tomber ».
  • DOUCETTE : (n. f.) Mâche.
  • Orig. Dim. de douce.
  • DOUILLET(TE) : (adj.) Écœurant. « Il est bon, ce gâteau… mais c’est quand même un peu douillet ».
  • DOUILLETTER : (v. tr.) Écœurer. « J’en ai trop mangé, ça me douillette, tout ce goumeau ».
  • Orig. Doux, douillet.
  • DOUILLON : (n. m.) Source. Dim. de doye
  • Syn. douix.
  • DOUIX : (n. m.) Source
  • Syn. douillon.
  • DOUZIL : (n. m.) Cheville, petit robinet servant à boucher un tonneau.
  • Var. Dzi.
  • Étym. Lat. duciculus, dim. de ductus.
  • DOYE : (n. m.) Petit ruisseau.
  • Étym. Lat. ductus.
  • DOYOT : (n. m.) Pansement sur un doigt.
  • Orig. Forme dim. de doigt.
  • DRAPEAU : (n. m.) Linge, lange de bébé, « Ma mère est allée laver les drapeaux du petit ».
    Syn. : Paissot.
  • DRESSER (LA SOUPE, LES GAUDES) : (loc.) Remplir les assiettes de soupe, de gaudes... Par analogie avec dresser la table. Ex. « Les hommes ne veulent plus tarder, maintenant : tu peux déjà dresser les gaudes »
  • DRESSOIR : (n. m.) Vaisselier.
  • DROGUES : (n. f.) Remèdes, ou réputés tels. Péjoratif.
  • DROGUER : (v. intr.) Attendre avec impatience. « Tu m’as fait droguer ».
  • Orig. Emploi encore vivant en Franche-Comté d’un v. venant de drogue, morceau de bois fourchu que l’on gardait sur le nez lors d’un vieux jeu de carte (19e s.)
  • DUVET : (n. m.) Édredon, couvre-pieds.
  • Var. douvot (Montbéliard).
  • Syn. Plumon.

DZI. V. DOUZIL.