T

samedi 22 janvier 2005, par Thier, Murie

Dans la même rubrique

  • TACHE : (n. f.) Poche. De l’allemand Tasche.
  • TâCHER VOIR : (loc.) Essayer. « Faut tâcher voir d’épargner un peu ».
  • TAILLE : (n. f.) Planchette où des encoches servent à comptabiliser les achats. "A côté se trouve la taille de bois sur laquelle le fromager marque à la craie la quantité de lait qu’elle lui apporte.
  • TAILLER : (v. intr.)
    1. S’en aller rapidement, fuir. « t’as vu, y z’ont taillé ».
    2. Aller vite (au figuré). « Maman, elle taillait encore bien pour dire la prière ».
  • TAISEUX : (adj.) Silencieux, taciturne. « Les Comtois sont taiseux, peu diserts mais ils n’en pensent pas moins ».
  • TALER (v. tr.) Meurtrir. « Les bancs d’église talent les fesses ».
  • TANT (adv.) : Tellement, si (avec un adj.) « Elle lui en a fait tant voir ».
  • TANT BIEN : (loc. adv.) Tellement. « Y’a des gens, not’ nouveau curé, ils l’aiment pas tant bien ».
  • TAPOU : (n. m.) Planche pour éteindre le feu. « C’est une grosse planche carrée de hêtre de deux pieds de long sur autant de large, d’une demi épaisseur, engainée dans une queue de bois (avec lequel) les hommes frappent de toutes leurs forces sur le charbon pour l’affaisser et éteindre le feu ».
  • TATOUILLE : (n. f.) Raclée. Synonyme : Taugnée.
  • TAUGNEE : (n. f.) Râclée. « Le père, c’était les taugnées, il fallait que ça marche ». Synonyme : Tatouille.
  • TAUREAU : (n. m.) Gros fagot. Voir Nid de pie.
  • TAVAIN : (n. m.) Taon.
  • TAVAILLON, TAVEILLON : (n. m.) Tuile de bois. « Georges fendait les blocs de sapin pour faire des tavaillons destinés à recouvrir les toits des habitations ». Du latin tabella.
  • TEMPETE : (n. f.) Croûte ridée de la cancoillotte. Par métaphore.
  • TEMPS (AVOIR MEILLEUR) : (loc.) Gagner du temps. « J’ai meilleur temps de... », il est plus expédient pour moi de...
  • TEMPS (IL NE FAIT POINT DE) : (expr.) Il ne fait ni beau ni mauvais.
  • TENIR : (v. tr.)
    1. Elever (un animal) « Les propriétaires des bois n’aiment pas que les exploitations du bois tiennent des chèvres ».
    2. Etre parrain. « On m’appelle pour aller tenir un enfant ».
  • TENTELIN : (n. m.) Hotte de métal. Variante : Tantelin.
  • TICLER : (v. tr.) Fermer (une porte) à clé ou au loquet. « J’savais plus si j’avais ticlé ma porte ».
  • TICLET : (n. m.) Loquet d’une porte. Variante : Ticlette (Montbéliard).
  • TILLE : (n. m.) Tilleul. Variante : Tillot
  • TIRER : (v. tr.)
    1. Récolter (les pommes de terre). On dit même « tirer aux pommes de terre » de manière très usuelle en Haute-Saône où la culture de la pomme de terre était prépondérante jusqu’à la seconde guerre mondiale.
    2. Fermer. Usage très courant. « En partant, tu n’oublieras pas de tirer la porte ».
    3. Se servir. « Tirer d’un plat »
  • TIREUR, TIREUSE : (nom) Celui ou celle qui récolte les pommes de terre.
  • TISSE : (n. f.) Tas de gerbes dressées afin de les faire sécher à l’abri de la pluie.
  • TOFFAILLEE : (n. f.) Chaleur étouffante. « Quelle toffaillée aujourd’hui ! » Voir Touffe.
  • TOPETTE : (n. f.) Petite bouteille à long col.
  • TOQUER : (v. tr. ou intr.) Heurter, cogner. Dans l’expression très usuelle « Toquer la porte ». « Il ouvrit la porte sans toquer ».
  • TOQUET : (n. m.) Coiffure féminine. « La femme pose encore avec joie sur sa chevelure grisonnante le toquet, cette grave et durable coiffure dont les franges de soie et les épingles d’argent se transmettaient d’une génération à l’autre ».
  • TORCHEE : (n. f.) Amas. « Une torchée de broussailles ».
  • TOSSER : (v. tr.) Têter. « L’enfant habitué à tosser ».
  • TOT-FAIT : (n. m.) Sorte de soufflé.
  • TOUFFE (adj.) Etouffant, lourd (en parlant du temps). « Il fait touffe ».
  • TOURNÉ (MAL) : (loc.) Mal disposé, de mauvaise humeur. « Méfie toi, il est mal tourné aujourd’hui ».
  • TOURNER LE PIED : (loc.) Tourner les talons. « Sitôt qu’il avait tourné le pied, elle causait avec ses voisins ».
  • TOXONE : (n. m.) Poison (au sens figuré) « L’aîné est un véritable toxone, mais le cadet est fort gentil ».
  • TRAGER : (v. intr.) Courir ça et là, arpenter le terrain en tous sens. « J’ai tragé pendant des heures sans m’y retrouver ». Variante : Tracer.
  • TRAIN DE CULTURE : (loc.) Exploitation agricole.
  • TRAINER MALHEUR : (loc.) Porter malheur.
  • TRÈCHE : (n. m.) Passage étroit. Variante : Traige.
  • TRESIR (v. intr.)
    1. Sortir de terre (en parlant d’une plante), naître, jaillir (au propre et au figuré). « Ca trésit un peu, la salade ».
    2. Sortir d’un lieu. « Midi avait sonné que pas un chat était trési de la cambuse ».
  • TREUBEU : (n. m.) Vieux tacot.
  • TREUFFE : (n. f.) Pomme de terre. Doublet régional de truffe, terme français attesté dès 1600 dans le sens de « pomme de terre ». Variante : Tartuffe. Du patois Tref. Synonymes : Cartouffle, Poirotte.
  • TREUILLER : (v. intr.)
    1. Faire du cidre.
    2. Boire jusqu’à être saoul.
  • TRIPER, TRIPPER : (v. intr.) Marcher sur, fouler aux pieds. « On ne nous aurait pas trippé dessus comme on l’a fait ». De l’allemand Trippen.
  • TRISSER, TRISSER (SE) : (v. tr.)
    1. Jaillir (en parlant de l’eau) « L’eau qui gicle trisse ».
    2. S’en aller, se sauver. « On se trisse ».
  • TROEY : (n. m.) Pressoir. Variante : Treuille (Montbéliard)
  • TRÔLER : (v. intr.) Vagabonder, errer.
  • TRÔLEUR : (n. m.) Vagabond.
  • TROUBLER : (v. intr.) Se troubler, se ternir. « Après l’orage, l’eau trouble ».
  • TROUILLE : (n. m.) Délégué par la famille du jeune homme auprès de celle de la jeune fille, en vue d’un mariage.
  • TRUERIE : (n. f.) Bêtise « est-ce qu’on à jamais fait des « trueries » commça, nous autres ? » (Louis PERGAUD).
  • TUÉ : (n. m.) Grande cheminée.
    Dans le Jura, le tué en bois, est en forme de tronc de pyramide qui couvre totalement une pièce, de plan carré fermé par deux mus et deux cloisons. Contre l’un des murs, on fait le feu à même le sol. Dans l’espace au-dessus du foyer, on fume la viande et les saucisses du val de Morteau.
    « Dans le fond, montait le tuyé, immense cheminée villageoise de 4m2 de surface à la base, s’effilant en haut en tronc de pyramide, s’ouvrant et se formant par deux planches articulées, fermant sur le faîte une toiture mobile qui se manoeuvrait du dedans au moyen d’une longue corde de chanvre durcie et noirâtre ».
    Le mot est attesté par une image de 1595 et par des textes du XVIIe siècle dont, en 1678, le voyage d’un marchand italien allant de Paris à Pise qui décrit le tué de l’auberge des Rousses.
    De l’ancien français tuel. Variante : Tuyé.
  • TUE-CHAT, TUE-CHIEN : (loc.) Repas festif célébrant la fin des moissons ou des vendanges en Haute-Saône.
  • TUNER : (v. tr.) Mendier. "Quand on faisait au four, on voyait souvent des romanichels qui passaient, ils venaient tout le temps tuner un petit morceau de pain. De Tune, petite pièce de monnaie.
  • TUNEUR : (n. m.) Mendiant.
  • TURQUIE : (n. m.) Maïs. « Les feuilles de turquie séchées servaient pour la paillasse des enfants, qui, en cachette, fumaient la barbe de turquie, utilisée par la mère comme tisane diurétique. » Variantes : Tréquie, Troqué, Troquie.