P

samedi 22 janvier 2005, par Thier, Murie

Dans la même rubrique

  • PAIRE DE (UNE) : (loc.) Quelques. « Ils seront mûrs dans une paire de jours ». Expression très courante. De l’allemand Par.
  • PAISSEAU (n. m.) : Echalas de la vigne. Du latin paxillus. Synonyme : « Pali ».
  • PAISSOT (n. m.) : Langes. « Les paissots du nouveau-né ». Synonyme : « Drapeau ».
  • PALI, PALIS (n. m.) :
    1. Echalas. « Chaque pied de vigne est attaché à un pali(s), c’est-à-dire un paisseau ».
    2. Pieu d’une palissade. « On leur passait la nourriture à travers les palis ».
  • PANIERE : (n. f.) Panier. « Les quatre enfants reprirent le chemin avec leurs panières de pommes ». On parle aussi de panière à linge.
  • PANNE : (n. f.) Demi-sillon, moitié d’un champ dans le sens de la largeur.
  • PANNE-MAINS : (n. m.) Essuie-mains (Montbéliard)
  • PANNER : (v. tr.) Essuyer.
  • PANOUILLE :
    1. n. f. Epi de maïs.
    2. interj. Personne de caractère mou. Injure.
  • PARTAGER : (v. tr. construit absol.) Procéder à un partage entre plusieurs personnes. « Quand j’ai partagé nos enfants, le garçon a pris la terre, et on a donné du bois aux filles ».
  • PATAROU(F) : (n. m.)
    1. Colère, réaction à une mauvaise surprise. « Si tu avais vu son patarouf quand elle a appris qu’on lui avait cassé son vase ». Se mettre en Patarouf : se mettre en colère.
    2. Sorte de purée de pomme de terre épaissie d’un roux blanc et mouillée de lait.
  • PATOUILLER : (v. intr.)
    1. Agiter un objet dans l’eau, spécialement le minerai qu’on lavait dans les mares".
    2. S’ébrouer, jouer dans l’eau ou avec l’eau.
  • PATOUT : (n. m.) Tronçon de bois découpé dans une grume, qui sert souvent de siège.
  • PATTE (n. f.) :
    1. Chiffon à poussière, chiffon à récurrer.
    2. Lange. « Pour emmaillotter, une patte au dessus de la flanelle, puis une autre plus fine, généralement en triangle ».
    3. Pièce de tissu pour rapiécer. « Ce pantalon, faut y mettre une patte ».
    De l’italien du nord paita.
  • PATTE à RELAVER : (loc.) Serpillère. Synonyme : « Bâche ».
  • PATTIER : (n. m.) Chiffonier
  • PAUCHOUSE : (n. f.) Matelotte de poissons au vin blanc que l’on déguste sur les bords de la Saône. Variante : « Pochouse ».
  • PE, PEUTE : (adj.) laid, laide. « L’Antoine, qu’est-ce qui peut être pe ».
  • PENDANT : (p. pr.) Qui pend. « Elle lui mettait les jambes pendant du lit ».
  • PENDU : (p. p.) Affiché. « les bans sont pendus à la mairie ».
  • PENGUILLON : (n. m.) Tout ce qui « pendouille » : boucles d’oreille, colifichets, excroissances sous le cou des chèvres, bijoux divers... « R’ga’d’-moi l’aut’, là, ac’ ses penguillons ! »
  • PEQUIGNOT : (adj.) Tout petit. De l’espagnol pequeño. Synonyme : Petignot.
  • PERCHER : (n. m.) Grenier au-dessus de la grange. Autrefois, son plancher était constitué de perches juxtaposées.
  • PERDRE (METTRE) : (loc. verb. trans.) Se débarrasser de, jeter. « Regarde donc moi voir toutes ces vielles pates, mets-y donc perdre tout c’commerce ! ». VAR. Jeter perdre, Foutre perdre.
  • PERROQUET : (n. m.) Echelle à un seul montant, qui servait pour la cueillette des cerises.
  • PERSONNE [VU, RENCONTRé] (AVOIR) : (loc.) N’avoir vu, rencontré personne. « J’ai personne vu ». On a pensé que cette tournure était d’origine germanique (ich hab’niemanden gesehen). Plus probablement, cette expression est calquée sur « je n’ai » ou « j’ai rien vu ».
  • PESSE : (n. f.) Épicéa.
  • PIÂCHON : n. m. Ivrogne. On dit aussi Piâche, au fém.
  • PICAILLON : (n. m.) Pièce de monnaie de faible valeur.
  • PIDER : (v. intr.) Mesurer à l’aide de ses pieds. Du latin pedare.
  • PIE : (n. f.) Partie d’un terroir. L’atlas napoléonien de la commune d’Ormoy (70) intitule chacune des sections conformément au procédé suivant : « Section 3, ou Pie des Vignes ». « On pratiquait en Haute-Saône l’assolement triennal : le territoire de chaque commune est divisé en trois parties nommées pies ou soles : la pie des blés, la pie des avoines ou carêmes, la pie des jachères ou sombres ; dans cette dernière entrent les terres en jachères mortes, les luzèrnes, les trèfles ». Du latin peda, dont le sens est éclairé par le verbe pedare, mesurer une terre en faisant le tour en marchant à pied. Variantes : pié, pied.
  • PIED DE CHEVRE : (n. f.) Echelle à montant unique, traversée par les échelons.
  • PIE DE TRAVERS (METTRE LE) : (loc.) Se fourvoyer hors du bon chemin, en dévier.
  • PIEUMER : (v. tr.) Eplucher. « Pieumer les poirottes ». (Montbéliard)
  • PIGOT : (n. m.) Outil du vigneron. « La pioche, c’est un crochet à deux cornes ; à Ougney, ils l’appellent un pigot ». Voir Bigot.
  • PILE : (n. m.) Plat consommé au repas du soir de la Toussaint à base de millet au lait. Du verbe piler.
  • PIQUE DU JOUR (loc.) Aube. « A la pique du jour, le père a regardé le temps ». Variante : Piquette du jour.
  • PIQUETTE : (n. f.) Boisson pétillante à base de fruits et de plantes. « C’était un dîner arrosé par un ou deux verres de piquette de poires sauvages ».
  • PIVE : (n. m.) Fruit des conifères. « Les écureuils montaient le long des grands fûts droits... au haut desquels les pives, dans les rameaux supérieurs, pendaient lourds de la graine dont ils étaient friands ». Du latin pipa.
  • PLACARD : (n. m.) Affiche. « C’est sur des placards à la mairie ».
  • PLAIGNANT : (n. m.) Celui qui se plaint. « C’était un plaignant : il gémissait tout le temps ».
  • PLATINE : (n. f.) Taque de fonte du foyer de la cuisine, source de chaleur pour le poêle, car elle est insérée dans le mur qui sépare les deux pièces. Un meuble, sorte de buffet de dressoir, la dissimule, mais les portes s’ouvrant en grand, permettent de diffuser la chaleur."
  • PLOT : (n. m.) Bûche verticale servant à fendre le bois.
  • PLOTET : (n. m.) Parpaing.
  • PLUMER : (v. tr.) Nettoyer. « Le premier coup de pioche dans la vigne fin mars, qu’on appelle plumer la vigne : c’est racler l’herbe ».
  • PLUMON : (n. m.) Edredon, couvre pieds de plumes. Synonyme : Duvet.
  • PLUS PAS UN : (loc.) Ne... plus, plus. « J’en ai plus pas un », « Des paysans d’ici dix ou vingt ans, il n’en restera plus pas un ».
  • POCHETTE : (n. f.) Grande cuillère en bois pour tourner les sauces. Voir le dicton : « Elle ne peut pas prendre la pochette : elle est sous la coupe de sa belle-mère ». Diminutif de poche, grande cuillère.
  • POCHON : (n. m.) Louche. « On a mis un pochon d’eau dans la soupe pour faire deux assiettes de plus ».
  • POêLE : (n. m.) Pièce commune où vit la famille. « Le maître dressa son petit ménage de garçon dans la cuisine, et fit du poêle sa classe ». Variante : Paille. (Montbéliard)
  • POINT DE TEMPS : (loc.) En un rien de temps, vite.
  • POINT D’HEURE (à) : (loc.) A une heure indéterminée et tardive. « Il va encore rentrer à point d’heure ».
  • POIROTTE : (n. f.)
    1. Petite poire mûrissant au mois d’août. Variante : Poire de moisson.
    2. Pomme de terre. Synonyme : Cartoufle, Treuffe.
  • POSSÉDÉ : (p. p. adj.) Très désireux de. « Les écoliers étaient possédés pour se baigner ».
  • POTÉE : (n. f.) Plat de légumes, chou, pommes de terre, lard et saucisse de Montbéliard.
  • POTRINGUER : (v. tr.) Tirer du bois. (« Les Potringus » sont le surnom des habitants d’Avignon-lès-Saint-Claude).
  • POULOT : (n. m.) Coq du clocher posé sur une boule. Souvent, par tradition, la boule contenait un papier ou parchemin ou pièce de monnaie datée, attestant la date exacte des travaux. A noter que le musée du Folklore comtois à la citadelle de Besançon possède une belle collection de poulots.
  • POUPENOT : (n. m.) Enfant nouveau-né, bébé.
  • POUSSÉE : (n. f.) Tornade. « Si dans ces moments d’obscurité profonde, il s’élève un tourbillon, ou comme on dit dans le pays une poussée, le péril est extrême ».
  • POUTIERE : (n. f.) Cuillère à long manche. « Au carnaval, on plonge la poutière dans la farine pour en saupoudrer les curieux ». (Montbéliard)
  • POUTOT : (n. m.) Récipient en terre, terrine. « Dans le poutot se trouve le levain enveloppé d’un linge ».
  • POUTOT PISSEROT : (loc.) Pot de chambre, que l’on glisse sous le lit.
  • PURON : (n. m.) Petit lait.