Accueil > Paysages > Terre et flore de Franche-Comté > Fleurs de Franche-Comté (juin)

Quelques jolies fleurs de Franche-Comté

Fleurs de Franche-Comté (juin)

Présentation de quelques merveilles de notre belle région.

lundi 14 mai 2007, par chesnoy

Notre région se pare d’une multitude de couleurs florales. Un site tout entier serait nécessaire pour montrer la diversité de la flore franc-comtoise. Je vous propose donc une petite ballade au fil des mois dans les sentiers et les prés fleuris. Chaque plante présentée ici, a été photographiée en Franche-Comté. Deux difficultés se sont présentées :

Celle du choix des espèces à présenter car pour les mois « chargés » on ne peut les montrer toutes. La préférence a été donnée en fonction des critères, tous subjectifs, de beauté et de rareté.

Celle de la répartition par mois, certaines espèces pouvant être trouvées pendant plusieurs mois. De plus, ces plantes apparaissent plus ou moins tôt en fonction du climat ou de l’altitude. Le critère retenu a été tout simplement la date de prise de vue.

Arrive le joli mois de juin.

La Grande Consoude : Plante assez haute des bords de l’eau en terrain lourd, elle se reconnait facilement à ses fleurs blanches à violettes en forme de fuseau.

JPEG - 29.3 ko
Photo prise à Baume

Ici avec des fleurs bleues.

JPEG - 26.5 ko
Photo prise à Baume

Avec des fleurs mauves. La hauteur de la plante permet de la photographier par dessous.

La Vipérine : Préférant les endroits bien ensoleillés, cette jolie plante de taille moyenne offre des fleurs en grappe de couleur rougeâtre violacée d’aspect un peu chiffonné.

JPEG - 31.6 ko
Photo prise à Pont les Moulins

Cette plante passait pour combattre le venin des vipères.

Le Lys Martagon : Fleur protégée, ce Lys se reconnaît à sa grosse fleur aux pétales violacés pourprés souvent retroussés. Il dégage une discrète mais désagréable odeur.

JPEG - 19.3 ko
Photo prise à Silley

Attention, fleur protégée. Ne pas cueillir SVP.

La Coronille Variée : Cette coronille rose à mauve souvent mêlée de blanc se rencontre ça et là dans notre région. Elle affectionne les endroits bien exposés et assez pauvres.

JPEG - 16.8 ko
Photo prise à Cusance

Cette Coronille n’est pas abondante dans le Doubs. Elle fréquente les corniches et talus pauvres bien exposés.

Le Mouron Rouge : Très abondant, il ne se remarque pas par celui qui ne se penche pas un petit peu car c’est une petite plante de 10 mm de diamètre environ et assez basse. Ses cinq pétales rouges sont splendides.

JPEG - 24.4 ko
Photo prise à Baume

C’est une toute petite fleur très fréquente.

Le Mouron Bleu : C’est le proche cousin du précédent, en tous points semblables si ce n’est la couleur des pétales. Il est cependant plus rare.

JPEG - 21.8 ko
Photo prise à Baume

Le bleu est plus rare que le rouge.

La campanule étalée : Petite fleur à l’air fluet, cette campanule se reconnaît à ses cinq pétales échancrés sur plus de la moitié de la longueur et qui ont tendance à se retrousser. Elle fréquente les prés et les talus où elle n’est pas rare.

JPEG - 15.1 ko
Photo prise à Dammartin les Templiers

Cette petite campanule bleue se reconnaît à ses pétales largement échancrés et retroussés.

le Lysimaque nummulaire : Plante basse à grosses feuilles arrondies et à fleurs jaunes à 5 pétales. Elle affectionne les lieux humides.

JPEG - 12.8 ko
Photo prise à L’Aigle

Plante rampante à fleur jaune.

La Belladone : Trouvée sur les bords du Doubs, cette plante dont le nom est célèbre est très rare chez moi. Ses fleurs d’un brun pourpre sombre en forme de cloche cylindrique la distingue facilement. C’est une plante toxique.

JPEG - 14 ko
Photo prise à Ougney

Les femmes s’en servaient pour dilater leurs pupilles. Ce qui, selon l’esthétique (?), les rendait plus jolies.

L’ail des Vignes : Il se rencontre communément dans les pelouses et les endroits herbeux. Cette plante à gousse protège sa fleur par une enveloppe qui se déchire à la floraison donnant un amusant petit chapeau pointu qui finalement tombe.

JPEG - 18.8 ko
Photo prise à Douvot

Il est amusant avec son petit chapeau !

La Mauve Musquée : Très fréquente en bordure de prairie et dans les talus, cette grosse fleur offre 5 pétales d’un mauve délicat veiné de violacé. Ses feuilles sont profondément divisées surtout vers le sommet.

JPEG - 26.4 ko
Photo prise à Baume

Dans le temps, les enfants mangeaient le cœur, une fois qu’elle était défleurie.

La Molène Noire : Cette plante appartient à la famille du Bouillon Blanc qui offre des vertus émollientes. Ses fleurs serrées sur la grosse tige velue sont plutôt petites et offrent un cœur rougeâtre distinctif.

JPEG - 26.2 ko
Photo pise à Baume

Remarquez le centre pourpre foncé.

La Molène Farineuse : Proche parente de la précédente et lui ressemblant beaucoup, elle s’en distingue par son cœur jaune.

JPEG - 24.5 ko
Photo prise à Baume

Ce bouillon a le cœur jaune.

Le Nénuphar Jaune : Plante qu’on ne présente plus tant elle attire l’œil par son jaune un peu orangé éclatant et parce qu’elle n’a pas vraiment de concurrence étant donné son habitat particulier. C’est une plante aquatique.

JPEG - 24.2 ko
Photo prise à Baume

Ses petites taches jaunes égaient les cours d’eau.

Cirse Tubéreux : La famille des chardons et des Cirse se caractérise pas des fleurs en grappe de couleur violette. Leur détermination n’est pas toujours aisée.

JPEG - 26.1 ko
Photo prise à Baume

Une multitude d’inflorescences violettes.

Impatience à Petites Fleurs : Comme toutes les impatiences, cette plante se caractérise par une fleur au long pétale inférieur qui ici est coloré en jaune un peu terne. Cette Balzamine (c’est son autre nom) aime les endroits ombragés pauvres en calcaire. Souvent instable, elle peut être abondante certaines années.

JPEG - 14.2 ko
Photo prise à Ornans

La forme de la fleur est caractéristique des impatiences.

Le Trèfle Rouge : Relativement rare, ce trèfle se caractérise d’emblée par sa grosse inflorescence oblongue d’un rouge profond. Sa feuille est bien sûr trilobée.

JPEG - 48.5 ko
Photo prise à Ornans

Un trèfle vraiment spectaculaire.

La Digitale Jaune : Ses grosses clochettes jaunes qui pendent le long de sa longue tige attirent tout de suite l’œil dans les talus ou les friches mais attention, comme toutes les digitales, cette plante est toxique.

JPEG - 20.5 ko
Photo prise à Cusance

Attention poison.

Le Ménotrope Suce-Pin : Cette plante sans couleur verte est facile à reconnaître. C’est une plante sans chlorophylle qui doit donc vivre en association avec un arbre, c’est pourquoi elle fréquente les bois et pas exclusivement les pins.

JPEG - 28 ko
Photo prise à Baume

Plante particulière sans chlorophylle.

L’Astragale à feuilles de Réglisse : Cette plante buissonante peut passer également inaperçue malgré sa taille remarquable. En effet, ses fleurs sont petites et d’une couleur jaune à jaune verdâtre peu spectaculaire. Fleurs en forme de sabot et en grappe à court pédoncule.

JPEG - 15.2 ko
Photo prise à Dammartin

Plante d’un jaune verdâtre.

Le Genêt à Balais : Plante arbustive à fleurs jaunes en sabot. Fréquente de préférence des terrains peu calcaires, rocailleux et bien exposés.

JPEG - 19.9 ko
Photo prise dans les Vosges

Son nom indique une ancienne utilisation.

Le Pied de Chat Dioïque : C’est une petite plante des pelouses montagnardes aux fleurs en boules regroupées à plusieurs. Elle sont blanches ou roses.

JPEG - 21.2 ko
Photo prise dans les Vosges

Fréquent dans les alpages.

La Pulsatille Alpine : Elle aussi fréquente les pelouses montagnardes. Elle se reconnaît à sa grande fleur blanche surmontant une tige velue. Ses feuilles sont fortement divisées.

JPEG - 52.3 ko
Photo prise dans les Vosges

Cette fleur est de la famille des anémones.

Le Saxifrage en étoile : Les saxifrage sont des plantes fluettes arborant des fleurs généralement petites. Celui-ci se reconnaît à ses 5 pétales blanches et à son cœur en cône bombé rougeâtre.

JPEG - 25.7 ko
Photo prise dans les Vosges

Les fleurs sont petites et délicates.

la Violette des Marais : Elle se reconnaît à son habitat dans des lieux bien humides et à ses pétales d’un violet délicat. Le pétale inférieur est en outre nettement veiné.

JPEG - 21.6 ko
Photo prise dans les Vosges

Comme son nom l’indique, elle affectionne les lieux humides.

La Renoncule à Feuilles d’Aconite : C’est une des rares renoncules à arborer des fleurs blanches. Les feuilles de la tige sont découpées et échancrées. Elle préfère les lieux humides et ombragés dans des zones humides.

JPEG - 19 ko
Photo prise dans les Vosges

Un bouton d’or de couleur blanche !


P.-S.

Les Orchidées comtoises seront traitées à part.