Accueil > Héritages > Histoire > Le drapeau comtois : des origines à Léo...

Le drapeau comtois : des origines à Léo...

lundi 27 décembre 2004, par Thier

Son blasonnement et ses origines

Son blasonnement officiel est le suivant : « d’azur semé de billettes d’or, au lion couronné de même, armé et lampassé de gueules, brochant sur le tout ». Si l’on traduit le langage de l’héraldique, cela signifie : « sur un fond bleu ponctué de nombreux petits rectangles jaunes, un lion, jaune, debout et vu de profil, les griffes et la langue rouges ».

Son origine remonte au Moyen-Age, plus précisément à la fin du XIIIe siècle, à l’époque où le pouvoir du comté de Bourgogne est entre les mains d’Othon IV. Désireux de bien marquer son rapprochement avec le Royaume de France avec lequel il se sent plus d’affinité, Othon IV abandonne l’aigle de ses ancêtres qui rappelait l’ancienne allégeance au Saint Empire romain germanique. Au roi des airs fréquemment choisi par les familles germaniques, il préfère le roi des animaux qui sera d’or sur fond d’azur.
Les billettes d’or (rectangles couleur or qui parsèment le drapeau), sont apparues quelques dizaines d’années plus tard pour distinguer les armoiries de la Comté de celles de la famille des Hohenstaufen, vraisemblablement pour évoquer les forêts de Franche-Comté, les billettes étant des morceaux de bois tranchés.

Les couleurs du lion de Franche-Comté ne sont pas choisies au hasard, mais ont une signification précise. Les couleurs, ou « émaux », regroupent :
* des métaux : or (jaune) et argent (blanc)
* des couleurs : azur (bleu), gueules (rouge), sable (noir), sinople (vert), pourpre (violacé)
* des fourrures : hermine (mouchettes noires sur fond blanc), vair (clochettes blanches et bleues alternées

Chacun de ces émaux a une symbolique. Aussi, d’or, d’azur et de gueules, le lion se trouve-t-il paré de maintes qualités. Le jaune lui confère intelligence, prestige, vertu, grandeur. Le bleu lui apporte fidélité et persévérance et le rouge le dote du désir de servir sa patrie.
Importants pour leur signification, ces émaux doivent toujours être figurés, même quand la reproduction est monochrome. Ainsi des règles ont-elles été mises en place, immuables depuis des siècles, pour représenter ces émaux. Cette codification est faite de lignes et de points différemment disposés.

Variantes

Fanion de Franche-Comté euralion

Au XVIe siècle, l’institution libérale des Etats de Franche-Comté compléta, pour la décoration de son sceau, le blason provincial : l’écu au lion sur billettes fut surmonté d’une couronne de comte et entouré du collier de la Toison d’or. Cette ornementation d’entourage n’eut jamais de caractère officiel et fut plus ou moins appliquée.
Autre variante, sur certains drapeaux, le lion a perdu ses griffes et sa langue rouges, et surtout son sexe. Selon les spécialistes d’héraldique, « le lion doit avoir un sexe car, s’il n’en a pas, c’est un lâche pendant la bataille ». Par pudeur et surtout pour ne pas effrayer ceux qui le croisent, nous avons choisi de cacher le membre viril de notre cher Léo sous un large pan de fourrure !

Sa renaissance

Déjà bien mis en sourdine par Louis XIV qui parsema la Franche-Comté de ses fleurs de lys, le lion disparut aux oubliettes avec les décrets révolutionnaires qui abolirent les armoiries. Réapparaissant de temps à autre à l’initiative d’historiens ou de graveurs, il attend néanmoins la fin des années 80 pour réoccuper le devant de la scène. A l’initiative de ses élus désireux que la Franche-Comté n’oublie pas son passé, le président du conseil régional d’alors, Edgar Faure, décide de faire fabriquer un drapeau comtois orné des anciennes armoiries de la province et de la mettre à la disposition des communes et organisateurs de manifestations.
Assez confidentiel il y a peu de temps encore, le drapeau d’azur au lion d’or s’infiltre depuis quelques années chez des particuliers. Certains le font flotter en haut de leur maison, d’autres l’accrochent à leur balcon. Des Comtois expatriés l’installent sur leurs terres d’adoption pour bien revendiquer leurs origines.

Léo 01

La création et la diffusion notre mascotte « Léo » sous la forme d’un autocollant participe de cette même volonté d’affirmer notre identité de Comtois.
Conscients du fait qu’il est encore très difficile de se procurer l’étendard de la Franche-Comté, nous avons décidé de référencer les magasins qui vendent le drapeau franc-comtois afin de favoriser leur diffusion. Voir en bas de cet article.

Ses héritiers

Même s’il faut bien reconnaître qu’il est bien rare de rencontrer un lion dans nos forêts comtoises, force est de constater que ce symbole est très fort dans la région.
Pour preuve, le célèbre lion du sculpteur Bartholdi, qui domine fièrement la ville de Belfort au pied de son château depuis 1880 et qui symbolise la résistance héroïque de la ville lors de l’invasion prussienne de 1870-1871.

Par ailleurs, même si le lion des automobiles Peugeot n’a apparemment aucun rapport avec celui des armoiries de la Franche-Comté, il rugit tout de même haut et fort le nom de la marque dans le monde entier. Au fil du temps, il est venu à ressembler à celui de la hiéraldique originelle et bien qu’il ait perdu ses billettes et qu’il arbore une forme plus moderne, il est sans conteste le digne descendant du fidèle compagnon d’Othon IV. Sans oublier, le lion des Sochaliens, qui impose ses griffes sur les terrains de football de France et d’Europe, en faisant ainsi un ambassadeur de choix pour tous les franc-comtois !

Un drapeau souvent dénaturé

Il existe plusieurs versions des couleurs de la Franche-Comté, qui malheureusement ne respectent pas fidèlement le blasonnement officiel. Par exemple, les nouvelles représentations de notre lion franc-comtois omettent très souvent son sexe ainsi que ses griffes et langue rouges. En tant que défenseurs de la tradition, nous nous insurgeons contre ces représentations erronnées et militons pour un retour aux sources en soutenant la diffusion de drapeaux conformes à celui des origines.

Un lion sans sexe et sans griffes... autant dire un gros matou. Pas terrible pour représenter les valeurs de la Franche-Comté, résumées par la belle devise « Comtois, rends-toi. Nenni, ma foi ».

Alors pourquoi ?

Pourquoi la plupart des drapeaux qui pavoisent nos mairies présentent un félin sans attributs qu’ils soient sexuels (à peine suggérés sur la nouvelle représentation) ou de défense (totalement absents) ?
Pire, le drapeau n’est souvent figuré qu’en deux couleurs, jaune et bleu, au lieu de l’or, l’azur, le rouge et le noir des origines. Deux couleurs au lieu de quatre, un dessin du lion beaucoup plus épuré, pour ne pas dire taillé à la serpe : quelle pâle copie de l’original !

JPEG - 58.6 ko
Un drapeau comtois fidèle au blasonnement original mais aux contours épurés

Beaucoup moins cher

Mais bien sûr, l’impression d’un tel drapé coûte beaucoup plus cher qu’une étoffe en deux teintes. On trouve peut-être là une explication de la très forte diffusion du drapeau breton uniquement composé de noir et de blanc, hormis le fait que les habitants de cette province sont beaucoup plus attachés à leurs couleurs que les franc-comtois.
Force est de constater qu’une version simplifiée du drapeau comtois permet de réaliser une belle économie à son acquéreur mais qui a de quoi choquer les puristes. Car quelque part, en acceptant ce compromis, ce sont nos valeurs que nous perdons.

Intelligent et patriote

On peut déplorer que bien peu de municipalités comtoises pavoisent le vrai drapeau comtois, quand bien même elles le font. Nos élus locaux qui sont de plus en plus regardants en termes de budgets, préfèrent souvent céder à la tentation d’afficher dans leur ville un lion dénaturé, au mépris de la vérité historique. Pourtant, fiers de nos couleurs, nous nous devons de les défendre en ne consentant plus qu’à favoriser la diffusion de drapeaux vrais de vrais.
D’autant que de telles teintes ne sont pas dues au hasard : le jaune, (l’or) est destiné à marquer l’intelligence, le bleu est symbole de fidélité et persévérance, le rouge des griffes et de la langue marque le désir de servir la patrie.

Alors que penser de ce gros matou couronné, sans doute intelligent et fidèle, mais si peu soucieux de patriotisme ?
Pire, selon certains spécialistes d’héraldique, « le lion doit avoir un sexe car, s’il n’en a pas, c’est un lâche pendant la bataille. »
Bien loin, on le voit, des « nenni, ma foi » des Francs-Comtois.

JPEG - 43.7 ko
Ecusson de la gendarmerie nationale et son pin’s
JPEG - 96.8 ko
JPEG - 82.7 ko
Exemple de reproduction fidèle sur la cabine d’un camion
JPEG - 96.6 ko

Où se procurer le VRAI drapeau de la Franche-Comté ?

A présent que le magasin Planète Trophée de Montbéliard a fermé ses portes, nous vous conseillons de commander votre drapeau ou pavillon comtois chez :

Faber France
Route de la Centrale
Zone Industrielle des Ansereuilles
BP 129 - 59536 Wavrin CEDEX (FRANCE)
Tél. 03 20 97 40 20 - Fax 03 20 97 40 21 - Mail : studio faber-france.fr

http://www.faber-france.fr/

A titre d’exemple, pour obtenir le pavillon en photo ci-dessous, dont les dimensions sont 120x80 cm, il vous en coûtera environ 40 euros TTC, auquel il faut ajouter les frais d’envoi, soit 11 euros pour un exemplaire en Chronopost.

JPEG - 63.1 ko
Le VRAI drapeau comtois
  • Tarifs des drapeaux (Il est monté sur une hampe)
  • Tarifs des pavillons (Il est indépendant du mât sur lequel il est hissé)

P.-S.

Sources utilisées pour rédiger cet article :

  • Pays Comtois (n°21)
  • L’Est Républicain