Accueil > Paysages > La faune franc-comtoise > Les hirondelles de Franche-Comté

Les hirondelles de Franche-Comté

mercredi 15 juin 2011, par Domi

L’hirondelle ne fait peut-être pas le printemps, mais elle en est le symbole !

hirondelles Rustiques

L’hirondelle parcourt une moyenne de 10 000 km pour rejoindre les douces températures d’Afrique dès la fin de l’été pour hiverner.
Dès les premiers beaux jours, les hirondelles entament leur périple de retour vers nos contrées pour nicher et se reproduire.

Depuis les années 70, leur nombre est en chute libre, du fait notamment de la raréfaction de leur habitat et de l’utilisation des pesticides qui réduisent comme peau de chagrin leur nourriture.

Voici quelques hirondelles de notre Comté.

Hirondelle rustique ou des cheminées

hirondelle Rustique

Les premiers oiseaux arrivent en mars ou avril.

Cette hirondelle est facile à reconnaître avec son plumage noir violacé dessus, sa gorge rouge brique et ses parties inférieures blanches parfois teintés d’orange.
Les adultes ont de longs filets à la queue, ce qui leur donne cette queue fourchue.

hirondelle rustique

L’hirondelle niche dans les étables, les écuries, les granges, les hangars...
Autrefois elle construisait son nid dans les cheminées, mais cela tend à disparaître. Toutefois, quelques-unes continuent à nicher dans les tuyés de certaines fermes du Haut-Doubs, comme à Grand’Combe Chateleu (Doubs).

Dès là fin du mois d’août, elles commencent à se rassembler sur les fils électriques et vont dormir dans les roselières de la région.
Septembre sonne l’heure du départ, les derniers oiseaux seront partis fin octobre.

Hirondelle des fenêtres

Gorge et croupion blancs : voilà qui permet de l’identifier facilement.

hirondelle des fenetres

Autrefois, elle accrochait son nid contre les falaises, mais elle à trouvé un moyen de substitution sous les avancées de toits et les contours de fenêtres. Cette adaptation lui à permis d’étendre son aire de répartition à toute l’Europe.
Néanmoins certaines colonies fréquentent encore des falaises, comme par exemple dans les gorges du Flumen (Jura).

hirondelle des fenetres

Sa répartition en Franche-Comte se fait aussi en altitude : certaines nichent même contre des chalets d’alpage !

En automne, elle se mêle rarement au grand rassemblement d’hirondelles dans les roselières : elle préfère dormir en petit groupe dans des anciens nids !

Dans le Jura, cette espèce arrive plus tardivement que les autres hirondelles et part plus tôt.

hirondelle des fenetres

Hirondelle de rivage

Cette hirondelle est entièrement brune dessus et blanche dessous, avec juste un collier brun sur la poitrine. De loin, on peut la confondre avec l’hirondelle de rochers, mais elle est plus petite.

hirondelles des rivages

Elle préfère les milieux humides ; on l’observe régulièrement chassant les insectes au dessus des cours d’eau, lacs et étangs.

Autrefois elle nichait dans les berges sablonneuses le long des rivières, mais le redressement et l’enrochement de nombreuses rives à détruit ses sites naturels. Une partie de la population à trouvé refuge dans les sablières, où elle colonise les tas de sable. Le succès de la reproduction dépend alors grandement de la sensibilité naturaliste de l’exploitant.
On peut trouver dans de tels sites en Franche-Comté, alors qu’elle à pratiquement disparu des milieux naturels.

hirondelles des rivages

Au printemps et en automne, la population nicheuse est augmentée par des individus en migration. C’est à cette époque qu’elle se mêle volontiers aux autres espèces, tant la journée que la nuit, quand elle se regroupe en dortoir dans les roselières.

hirondelle des rivages

Hirondelle de rochers

Elle est semblable à l’hirondelle de rivage, mais avec une silhouette plus trapue et une taille plus grande. On remarque aussi de petites taches blanches sur la queue et l’absence de bande pectorale brune.

hirondelles des rochers

Cette hirondelle est une virtuose du vol : elle peut réaliser des virages serrés au ras des rochers pour capturer des insectes.

hirondelle des rochers

Au 20e siècle, elle nichait dans les montagnes jurassiennes, mais il semble qu’elle ait disparu. La population à remonté peu à peu et aujourd’hui de nombreuses falaises hébergent quelques couples, comme le Château de la Roche à St-Hippolyte (Doubs), le Mont d’Or (Doubs) ou la Roche à Chézery Forens (Jura).
Certaines ont même adopté des sites artificiels : des ponts, comme le Flumen de St-Claude (Jura) ou le Viaduc de Morey (Jura), et des tunnels routier !


Quelques conseils pour les aider à nicher !

Rappelons que la destruction de leur nids et strictement interdite.

La pose de nids artificiels

La pose de nids artificiels est la manière la plus active pour protéger les hirondelles.
Là où le nombre d’hirondelles est très faible (moins de 10 couples), la pose de nids artificiels permet souvent d’augmenter rapidement la population.

Vous pouvez les fabriquer vous même ou les acheter (www.lahulotte.fr, www.lpo-boutique.com, entre autres...).

Les hirondelles ne craignent pas le bruit, mais elles ont besoin d’un espace bien dégagé devant leur nid (surtout pas d’arbre).
Le nid doit impérativement se trouver sous un débordement important (corniche, balcon, tablier d’un pont…).

La façade qui accueille des nids doit faire face à un espace bien dégagé : pas d’arbres, pas de lierre sur les murs…

Les nids artificiels devront être placés au minimum à 4 mètres de hauteur, plus si possible. On a toujours intérêt à placer plusieurs nids : même s’ils ne sont pas tous occupés immédiatement, l’effet de masse joue un rôle très attractif pour fixer les hirondelles.

Une flaque de boue 

hirondelle des fenetres

Les hirondelles ont aussi besoin de boues pour construire leurs nids, pourquoi ne pas leur installer un bac à boue dans un endroit bien dégagé ?
Un simple cadre en bois recouvert d’une bâche imperméable fera l’affaire. De la terre glaise et un seau d’eau de temps en temps : les hirondelles auront tôt fait de venir s’y approvisionner en boue de qualité.

et encore...

Il est difficile d’attirer les hirondelles là où il n’y en a pas encore, mieux vaut donc les protéger là où il en subsiste encore quelques unes.
Et n’oublions pas qu’un seul nid naturel suffit pour recréer une colonie !

Laissez les accès ouverts, afin qu’elles puissent faire librement leurs allées et venues lors de la construction de leur nid et pour nourrir leur jeunes. La taille minimum de l’ouverture doit être de 12 x 8 cm.

hirondelle rustique


Nous avons tous hâte, dès le printemps venu, d’apercevoir les premières hirondelles, et sans doute pourrons-nous conter ce poème de Lamartine tout en regardant leur vol gracieux dans le ciel de Franche-Comté :

Déjà la première hirondelle,
Seul être aux ruines fidèle,
Revient effleurer nos créneaux,
Et des coups légers de son aile
Battre les gothiques vitraux
Où l’habitude la rappelle.
Déjà l’errante Philomèle
Modulant son brillant soupir,
Trouve sur la tige nouvelle
Une feuille pour la couvrir,
Et de sa retraite sonore
Où son chant seul peut la trahir,
Semble une voix qui vient d’éclore
Pour saluer avec l’aurore
Chaque rose qui va s’ouvrir.
L’air caresse, le ciel s’épure,
On entend la terre germer ;
Sur des océans de verdure
Le vent flotte pour s’embaumer ;
La source reprend son murmure ;
Tout semble dire à la nature :
« Encore un printemps pour aimer !

Oui encore un printemps pour aimer ce bel oiseau !!

hirondelles des rivages

Photos de Dominique Michelat et de oiseau.net



info portfolio