Accueil > Paysages > La faune franc-comtoise > Les papillons du jour (2)

Les papillons du jour (2)

Famille des Pieridae

samedi 27 octobre 2007, par chesnoy

Cette famille regroupe des papillons de couleur générale soit jaune soit blanche. Il sont très communs et certains comme la piéride du chou, très connus des jardiniers. Cependant, leur détermination n’est pas toujours facile, d’autant plus qu’ils se posent presque toujours ailes refermées.

Le Citron (Gonepteryx rhamni)

L’un des plus communs de notre région que l’on voit voler dès le printemps. Il se reconnait facilement à sa couleur jaune verdâtre et à son aile en forme de feuille.

JPEG - 28 ko
Vue de côté

La forme de l’aile est caractéristique

JPEG - 37.6 ko
Vue de face

On voit les antennes rapprochées

JPEG - 39.5 ko
Vieux spécimen

Il tente de passer inaperçu sur une feuille

Le Souci (Colias crocea)

Il existe de nombreuses espèces très proches. Malheureusement, on ne peut les déterminer avec précision qu’en regardant le dessus des ailes. Le souci est le représentant le plus fréquent de ce groupe. Il se reconnait à ses ailes d’un jaune orangé profond souligné de noir.

JPEG - 30.2 ko
Vue de côté

On remarque les traces de camouflage

JPEG - 49.2 ko
Vue de dessus

Remarquez le spécimen plus petit qui prend ses aises

Le solitaire (Colias paleano)

En France, on ne trouve plus cette espèce que dans les Alpes et le Jura (Photo prise à Mouthe). Elle affectionne les terrains acides où croissent les myrtilles, plantes hôtes de la chenille.

JPEG - 24.5 ko

Espèce disparue des Vosges.

L’Aurore (Anthocharis cardamines)

Le mâle de cette espèce qui vole dès le printemps se reconnait facilement à l’extrémité de ses ailes antérieures d’un orange lumineux bordé de noir. La femelle, elle, passe plus facilement inaperçue car elle est blanche tachée de noir.

JPEG - 27.8 ko
Un mâle

Il s’occupe d’une cardamine des champs

JPEG - 23 ko
Un autre mâle

Il peut cependant fréquenter d’autres fleurs

JPEG - 25 ko
Une femelle

On remarque que ses couleurs sont beaucoup plus discrètes

JPEG - 34.2 ko
Une autre femelle

En attente d’accouplement

La Piéride du chou (Pieris brassicae)

Sa chenille est le cauchemar des jardiniers. De couleur générale blanche, elle se distingue par la tache supérieure noire en forme de faux et la forme pointue de l’extrémité de son aile supérieure.

JPEG - 32.6 ko
Vue de côté

On voit bien la tache en faux

JPEG - 29.5 ko
Vue de côté

Cette vue met bien en évidence la forme de l’aile supérieure

La Piéride de la rave (Pieris rapae)

Elle se distingue de la précédente par une tache sur l’extrémité de l’aile supérieure beaucoup plus courte et non en forme de faux.

JPEG - 54.2 ko
Vue du dessus

Remarquez la forme de la tache à l’extrémité de l’aile

JPEG - 40.1 ko
Vue de côté

Les deux ronds sombres signent une femelle.

La Piéride du navet (Pieris napi)

De couleur blanche, cette espèce est beaucoup moins marquée de noir. Il existe une différence assez nette entre les exemplaires du printemps et ceux de l’été. Sa détermination n’est pas toujours aisée car certains caractères peuvent manquer.

JPEG - 27.7 ko
Vue du dessus

Les nervures nettement soulignées de gris signent un exemplaire de printemps.

JPEG - 32.4 ko
Vue du dessus

La cocarde noire de l’aile est peu visible d’où risque de confusion avec la pieride de l’arabette.

La Piéride de la moutarde (Leptidea sinapis)

Cette espèce est celle qui présente une forme d’aile supérieure particulièrement arrondie. Elle peut être confondue avec une espèce très proche (Leptidea reali) dont la seule différence se situe au niveau des génitales.

JPEG - 26.8 ko
Vue un peu surexposée

La forme ronde de l’aile supérieure est bien mise en évidence

JPEG - 22.4 ko
Vue de côté

Photo prise à Frasne

Voir en ligne : Le monde des insectes