Accueil > Re.créations > Littérature > « La Vedette » de Daniel DURAND

« La Vedette » de Daniel DURAND

vendredi 20 mars 2009, par Thier

Le dernier roman de Daniel DURAND, « La Vedette », est un mélange de fiction et de réalité qui transporte le lecteur dans une affaire criminelle dans le Pays de Montbéliard des années soixante.

JPEG - 16.4 ko

Résumé du livre :

Nous sommes en 1965. Six jeunes gens d’Héricourt partent faire une virée avec la Ford Vedette du père de l’un d’eux. Laissant la voiture sur la place du marché à Montbéliard, ils partent chacun de leur côté pour « draguer » un peu, mais quand, une heure et demie plus tard, ils rejoignent le véhicule, ils trouvent celui-ci fermé, avec à l’intérieur le cadavre d’une jeune fille étranglée, qui se trouve être la petite ami de l’un d’entre eux. Paniqués, ils décident de fuir et de se cacher dans les bois entre Montbéliard et Bussurel. Là, le chauffeur qui avait retourné ses poches sans trouver les clés découvre qu’on les y a remises. Donc, le coupable est l’un d’eux. Dany, le narrateur, va essayer, avant qu’ils ne soient arrêtés par la police, de trouver la faille dans l’alibi que chacun a fourni...

Un polar dans la Cité des Princes :

Daniel DURAND, à travers ce polar régional, réussit à merveille à relater l’ambiance des années 60 dans le Pays de Montbéliard. C’est dans ce décor urbain qu’il plante la fiction d’un meurtre à élucider : qui est l’assassin de la jeune fille trouvée dans le coffre ?
Au début de son roman, l’auteur prend soin d’exposer au lecteur les alibis des six protagonistes afin de lui laisser toutes les cartes en main pour qu’il essaye de deviner qui est l’auteur du forfait. Résultat, le lecteur est tenu en haleine jusqu’au dénouement final dans un roman au style simple et enlevé.
On est tellement habitué aux affaires criminelles se déroulant à Chicago qu’il faut saluer la performance de l’auteur qui parvient avec brio à renouveler le genre en transposant l’action dans l’Aire urbaine. C’est si rare.
Gageons que Daniel DURAND fera apprécier aux lecteurs francs-comtois l’écriture romanesque de sa « Vedette », où les gens d’ici et les enfants du baby-boom se retrouveront.

Les éloges de Patrice DARD :

L’écrivain a reçu le soutien de Patrice DARD, le fils de Frédéric DARD, le célèbre auteur de San Antonio :

« J’ai lu »La Vedette« avec beaucoup de plaisir. Je trouve l’atmosphère de cette petite ville et de ses banlieues bien croquées et les années soixante parfaitement évoquées… À mon sens, cette histoire ferait un très bon téléfilm polar et d’atmosphère… Quant à l’écriture, elle est conforme à ce que je savais déjà : de très bonne qualité. »

« Daniel DURAND n’en manque pas, de talent ! Son style est vif, riche en trouvailles linguistiques. Il sait édifier une histoire, et plonger son lecteur dans un univers qui lui est propre. Que réclamer de plus à un auteur ? Alors, bienvenue rue des Polars ! »

L’auteur :

Après s’être exilé dans le sud de la France pour bénéficier de son climat plus doux pour des problèmes de santé, Daniel DURAND a décidé de revenir en Franche-Comté pour vivre sa retraite et s’installer à Héricourt, où il a passé toute sa jeunesse.
Né en 1947 à Vecoux, dans les Vosges, il est marié et père de trois enfants et est heureux d’être de retour au pays pour pouvoir voir grandir ses petits enfants. Pour écrire son roman policier « La Vedette », Daniel DURAND n’a donc pas eu de mal à puiser dans les souvenirs sa jeunesse franc-comtoise.
Après des études commerciales, il a eu un parcours professionnel très varié, d’employé de banque à facteur, en passant par représentant de commerce. C’est suite à un accident de travail alors qu’il travaillait à La Poste, qu’il décide de se lancer dans la littérature, lui qui est poète depuis l’âge de dix ans. Il a publié à ce jour plusieurs recueils, est Sociétaire de l’Académie des poètes classiques de France et fait partie de trois jurys nationaux de poésie : Narbonne, Boujan-sur-Libron et du cercle culturel de Lamalou-les-Bains.
En 2005, il a publié « Un si long sommeil », un roman de politique-fiction.
Très concerné par les problèmes sociaux, l’actualité, Daniel DURAND fait des recherches, se documente, prend position. Il a ainsi fait partie du comité de libération de Patrick DILS. C’est aussi tout cet engagement qui transparaît dans sa poésie. « Les mots filent », ouvrage publié aux Presses littéraires, sont le reflet des joies, des inquiétudes de l’auteur. La nature agressée ou immuable, la mort qui peut être une délivrance, l’amitié, l’amour, des hommages à San Antonio ou Éric Tabarly s’y déroulent dans une langue fluide et musicale.

Voir en ligne : Vos commentaires sur ce livre


P.-S.

« La Vedette », de Daniel DURAND, paru aux éditions Aréopage en 2008, 190 pages, 17€.
En vente dans de nombreuses librairies régionales et sur internet.