Accueil > Paysages > La République du Saugeais > Histoire du Saugeais

Histoire du Saugeais

samedi 10 mars 2007, par Mitch

Des origines qui remontent au XIIe siècle

Vers 1150, Landry, Sire de Joux, désirant racheter les fautes de ses ancêtres, fait don d’une terre à Monseigneur Humbert, Archevêque de Besançon. Celui-ci, pour défricher ce territoire inculte, fait appel aux chanoines réguliers de St Augustin, à St Maurice en Valais (Suisse), qui acceptent avec eux des colons du canton des Grisons et des Savoyards.

Ce sont là les premiers habitants du Saugeais. Ils apportent avec eux leurs coutumes, leurs traditions, et leur langue, qui fut parlée couramment jusqu’en 1900.

Ils s’établissent donc dans cette région qui les nourrit de ses animaux sauvages et de son gibier (notamment des ours et des loups !), ainsi que des nombreux poissons du Doubs.

Développement de 11 communes

Vers l’an 1100, un ermite du nom de Benoît vit au sein d’une petite communauté qui se joint à celle des moines, et donne son nom à Montbenoit, où ces religieux construisent l’abbaye.

Les églises des communes se construisent au fil des siècles : 1150 à Montbenoit, 1426 à Arçon, 1600 à Lièvremont, 1632 à Ville du Pont, 1636 aux Alliés, 1665 à Gilley, 1673 à la Chaux de Gilley et Bugny...

Aux environs de 1744, on signale l’existence de Montflovin et Hauterive.

Le Saugeais restera sous l’autorité des Sires de Joux jusqu’au XIVe siècle, avant de passer sous l’autorité des moines de l’Abbaye, véritable puissance seigneuriale qui levait une foule de redevances.

Les Alliés & les Allemands

Le village des Alliés, à ses débuts, s’appelait Les Arcenets, du nom des gens venus d’Arçon pour le défricher.
Après l’épidémie de peste, on fit appel à une colonie venue de Suisse Alémanique, et le village fut baptisé « Les Allemands ».
Le 11 octobre 1915, sous Raymond POINCARE, il prit le nom des Alliés.
Pendant l’occupation, il fut à nouveau nommé « Les Allemands », puis repris son qualificatif actuel à la libération.

Naissance de la République Saugette

En 1947, M OTTAVIANI, Préfet du Doubs, est en visite à Montbenoit pour le Conseil de Révision. Il prend son repas à l’Hôtel de l’Abbaye, tenu à l’époque par M et Mme Georges POURCHET.

« Avez-vous un laisser-passer, Monsieur le Préfet, pour entrer dans la République du Saugeais ? » demande Monsieur POURCHET, expliquant ensuite au Préfet les origines du Saugeais en montrant à quel point les Saugets sont fiers d’y vivre, comme dans une petite république.

Ce dernier, amusé, lui répond : « Mais pour une République, il faut un Président ; je vous nomme Président de la République du Saugeais ».

Les Présidents de la République du Saugeais

Le premier Président fut donc M Georges POURCHET, nommé en 1947, jusqu’à son décès en 1968.

En 1972, c’est son épouse qui sera élue à l’applaudimètre, sur proposition de Monsieur l’Abbé JEANTET et de Monsieur le Maire.
C’est sous sa présidence que seront créés :

  • l’ordre des citoyens d’honneur du Saugeais,
  • le blason
  • le timbre
  • des panneaux de signalisation routière
  • le service des douanes
  • la télévision locale

Mme Gabrielle POURCHET restera Présidente de la République du Saugeais jusqu’à son décès, le 31 août 2005, à l’âge de 99 ans.

Fille de président et de présidente de la République du Saugeais, Mme Georgette BERTIN-POURCHET ne pouvait échapper à son destin : elle est la troisième Présidente Saugette, depuis le 28 janvier 2006.

Les Saugets célèbres

Ferry CARRONDELET

Abbé de Montbenoit de 1515 à 1526, il était aussi ambassadeur de Charles Quint. De par ses fonctions, il parcourt l’Italie et fait connaissance avec les artistes de la Renaissance.

De retour à Montbenoit, il construit avec eux la magnifique choeur de l’Abbaye.

Le Général Louis MORAND

Comte, fils d’un avocat de Besançon, né le 8 juin 1771 à Largillat, hameau de Montbenoit.

Il a participé à toutes les campagnes de Napoléon et reçu de très nombreux titres ; il est fait Grand Officier de la Légion d’Honneur en 1807, Comte de l’Empire en 1808 et est affecté à l’état major général à Paris, le 7 janvier 1831.

Décédé à Paris le 2 septembre 1835, il est inhumé au cimetière du Père Lachaise. Cependant, ayant manifesté le désir de reposer avec son épouse, leur fille Estelle et leur petite-fille Anne-Marie, leurs dépouilles reposent depuis le 12 août 1885 au cimetière de Montbenoit.

On peut voir, en retrait du monument aux morts, un monolithe en forme de pyramide où on lit : « Pyramides - Moskowa - Waterloo ». Le socle de la stèle porte un médaillon en marbre blanc, le blason des MORAND.

Le Général Jean Joseph MARGUET

Né à Arçon le 22 janvier 1773, Jean Joseph MARGUET était Général de la Garde Impériale et Baron de l’Empire.

Les archives de la guerre racontent : « le 19 février 1814, sur l’ordre de l’Empereur, la brigade conduite par le Général MARGUET s’ébranle et au pas de charge attaque sur la Rothière. Le Général s’effondre, frappé à mort d’un coup de feu, devant le village de la Rothière ».

Il repose au cimetière de cette commune en compagnie de bon nombre de ses compagnons d’armes. Plusieurs citations et titres lui ont été décernés. Les casernes Marguet à Pontarlier portent son nom, et un plaque est placée sur sa maison natale à Arçon.

Monseigneur DELACROIX

Monseigneur DELACROIX est né à Arçon en 1901. Il fut professeur à l’Institut Catholique de Paris et Recteur de la faculté libre de Lille. Décéde à Paris en 1969, il repose au cimetière d’Arçon.

Docteur GIRARD

A montbenoit, nos murs ont abrité le légendaire Docteur GIRARD, homme de coeur et dévoué, disponible 24 heures sur 24, qui abordait ses malads avec une plaisanterie.
Une rue, à Montbenoit, porte son nom.

Florence BAVEREL-ROBERT

Dans un tout autre registre, il est impossible ne pas citer ici « notre » Championne Olympique, Florence BAVEREL-ROBERT qui, après avoir été sacrée plusieurs fois vice-championne du monde de biathlon, a remporté le titre de Championne Olympique en sprint 7,5km à turin en 2006.

Au retour des Jeux, elle a été dignement fêtée en compagnie de Vincent DEFRASNE, son cousin pontissalien (tous deux descendent de Berthélémy Javaux, né en 1701 à Sainte-Colombe).
Lors de cette cérémonie, Florence a été nommé Reine de la République du Saugeais.

Elle est également Chevalier de la Légion d’Honneur depuis le printemps 2006.