Accueil > Re.créations > Artistes comtois > Denis BISSANTZ

Denis BISSANTZ

Peintre et dessinateur

dimanche 5 juin 2011, par Pivoine

JPEG - 715.6 ko
Denis Bissantz photo : Stephane Helle

" J’ai appris à dessiner avec Léon Delarbre cela apparaît être l’essentiel,
pourtant ce dont je lui suis le plus reconnaissant c’est d’avoir éveillé en moi une curiosité si intense que la découverte permanente de l’art des autres m’apporte autant d’émotion et de joie que la pratique de cet art."

Ainsi s’exprime Denis Bissantz dans le livre de Renée Billot consacré à Léon Delarbre le peintre déporté, dont il fut l’élève de 1954 à 1958 aux Beaux-Arts de Belfort, ville qui l’a vu naître en 1938.

Encouragé par B.Gantner, P.Jouffroy, M.Ehlinger, il abandonne en 1978 son métier d’architecte d’intérieur qu’il exerce depuis 1963 pour devenir artiste peintre à part entière.

Ses thèmes favoris sont la nature, le milieu rural. La région de la Haute-Saône où il réside depuis plusieurs années, de par la richesse, la variété et la beauté de ses paysages en toutes saisons lui offre la possibilité de faire éclater son talent comme le démontrent ces extraits de l’Encyclopédie des Arts en Franche-Comté :

JPEG - 203.7 ko
JPEG - 285.7 ko
L’Encyclopédie des Arts en Franche-Comté

« Entremêlant les parcelles de réalisme et bousculant les lois de la réalité, Bissantz s’interpose en manipulateur, en ordonnance, suggérant à l’aide d’une imagination non dénuée d’humour un monde surréaliste, visionnaire, ineffable, étrange et insensé »(C. Cousin).*

« (…) Dans ce monde recréé, des arbres plus vrais que nature apparaissent, meurtris, foudroyés, torturés, teintés de rouge ; des paniers à linge en osier sont empilés dans un univers dépouillé qui les fait passer de l’état d’objet à celui de sujet comme si, sur un plateau de théâtre, l’accessoire devenu comédien, se mettait à nous raconter son histoire » (M.CMaudrux).*

« Jeu subtil de hâchures, de fins pointillés, de moires compactes ; touches sensibles en leur légèreté comme en leurs accents »(Y. Masson).*

Les journaux ne sont pas en reste quand ils titrent :

  • Denis Bissantz un maître du dessin (Pays de Franche-Comté)
  • La finesse de l’expression (l’Alsace)
  • Le Peintre à la précision d’orfèvre (Est Républicain)
  • Le prince du dessin (F.Zimmer)
  • Le grand maître du dessin (A Kientzy))
  • Denis Bissantz, une esthétique du fragment (Le quotidien jurassien)

Parmi les artistes qu’il apprécie citons entre autres Théodore Rousseau (Ecole de Barbizon), le suisse Ferdinand Hodler, l’américain Wyeth et Ernest Pignon dont on peut admirer la fresque sur un mur de Belfort.

On peut supposer que sa vocation remonte à son enfance quand il écrit toujours dans l’encyclopédie des Arts :
« Deux portes fermées : » Bureau du conservateur«  »Ecoles des Beaux-Arts" m’intriguèrent dès ma première visite du musée à l’âge de sept ans.

Actuellement Denis Bissantz prépare les Annonciades de Pontarlier
(du 5 juillet au 23 juillet 2009) inclus) ainsi que la biennale de Besançon (23 au 25 octobre 2009 inclus)

Quelques unes de ses expositions :

  • 1979 Salon des Artistes Français Paris
  • 1981 Galerie Marchand à Belfort
  • 1984 Galerie Gutenberg à Strasbourg
  • 1986 Galerie Marchand à Belfort
  • 1993 « Parties de Campagne » Musée de Belfort
  • 1995 « Créations libres » Galerie Bréheret- Paris
  • 2011 Musée Minal à Héricourt

Et chaque année Denis Bissantz est présent aux Annonciades de Pontarlier et à la biennale de Besançon.

*C. Cousin conservateur en chef des musées de Belfort,
Y. Masson ( l’Est Républicain) et CL Maudrux ( Le Pays)

JPEG - 380 ko
Fenaison 1967-1968 peinture à l’huile
JPEG - 190.4 ko
Le puits 1981 (pierre noire)
JPEG - 201.4 ko
Paniers 1992 (crayon de couleur)
JPEG - 191.4 ko
La porte de Heinlein 1996 (sanguine,sanguine brûlée, pastel bleu, pierre noire, craie blanche)
JPEG - 249 ko
Auto portrait 2005

P.-S.

Reportage et photos de C. Michel