Accueil > Paysages > La faune franc-comtoise > la Nyctale de Tengmalm

la Nyctale de Tengmalm

mercredi 21 janvier 2009, par Domi

La chouette de Tengmalm (Nyctale Boréale) est considérée comme un oiseau d’origine Sibérienne.

JPEG - 165.2 ko
Photo de Laurent Jackman
JPEG - 71.6 ko
Photo de Dominique Michelat

la Nyctale de Tengmalm

La chouette de Tengmalm (Nyctale Boréale) est considérée comme un oiseau d’origine Sibérienne.
Petite chouette d’environ 120 à 210 g. pour la femelle (Chez les rapaces la femelle est toujours plus grosse) au plumage brun chocolat, front moucheté de blanc aux grands yeux jaunes.

En Europe, elle se cantonne aux régions montagneuses : Alpes, Pyrénées, en passant par la chaine Jurassienne !
Les forêts froides d’altitude constituent son biotope préféré, et donc au-delà de 1000 mètres, toute la montagne est occupée.

JPEG - 67.9 ko
JPEG - 105.6 ko
Photo de Dominique Michelat

Reproduction.

Le mâle chante dès le début janvier ou février, lors d’hivers particulièrement doux, en mars pour les autres cas.
Le chant se fait entendre à proximité immédiate du lieu de nidification, parfois de la cavité où le couple nichera.

La présence de la Nyctale, dépend en grande partie de la présence du pic noir dont elle utilise les loges inoccupées.
Néanmoins, elle adopte facilement les nichoirs, suspendus à une hauteur variable de 5 à 8 mètres.

La présence de la femelle est décelée grâce à sa réaction caractéristique de se présenter au trou d’envol dès que l’on gratte le tronc.
La moyenne de la ponte est variable ; mais en général, 4 à 6 œufs la constituent.
L’incubation commence dès le premier œuf et la femelle va donc les couver pendant environ 4 semaines.
Les jeunes resteront au ‘nid’ 15 à 20 jours et le quitteront pour se percher à proximité où les parents pourront continuer à les nourrir.
L’envol se fera pour les jeunes au bout de 4 à 5 semaines environ.

Lors de l’élevage des jeunes, la femelle maintient le nid très propre tant qu’ils sont réunis.Seules quelques proies en réserve et de rares pelotes sont observées lors de contrôles.
Mais dès le départ de la femelle la situation change radicalement, pelotes et déjections s’accumulent.

JPEG - 61.6 ko
JPEG - 87.9 ko
Poussin

Alimentation

La chouette de Tengmalm préfère chasser dans les clairières ou dans les forêts ouvertes.
Elle se nourrit surtout de rongeurs forestiers, comme le campagnol roussâtre ou le campagnol agreste mais ne dédaigne pas quelques musaraignes et petits passereaux.
Notons toutefois que l’abondance de nourriture est corrélée avec le succès de la reproduction et donc de la fluctuation des effectifs.

Habitat.

Les vieilles futaies sont un facteur important de la présence de la Nyctale. En effet ces arbres lui fournissent de nombreuses cavités de pic noir, cavités indispensables pour la nidification.
Une étude a noté que 98 °/° des nidifications réalisées l’étaient dans d’anciennes cavités de pic noir sur les hêtres.
La dépendance de cette ‘petite chouette’ à l’égard du pic noir et du vieux hêtre est fondamentale.
Les vieux hêtres sont des arbres âgés de plus de 120 ans, et dans une exploitation traditionnelle, ces arbres à cavités sont généralement abattus pourtant ils ne représentent que peu d’intérêt financier ou sylvicole.

Comme nous venons de le voir le biotope est un facteur important de la disparition de tous les oiseaux dits « caverneux » dont la Nyctale.

La seule véritable prédation est la martre, surtout lors de la nidification.
Sur les cavités rien ne peut se faire, par contre certaines variantes de nichoirs peuvent diminuer cette prédation.

En résumé.

Alors, lors d’une de vos sorties nocturnes dans de vielles futaies d’altitude si vous entendez un ‘Pou –Pou- Pou- Pou’, c’est le chant caractéristique, rapide d’un mâle qui rendra encore plus envoutante votre ballade.
Peut-être trouverez la cavité qui abritera sa nichée.
Puissiez vous aussi aimer cette charmante petite chouette qui peuple encore nos belles forêts d’altitude de Franche Comté.

JPEG - 34.3 ko