Accueil > Paysages > A pas Comté... > Du côté du Bizot (25)

Du côté du Bizot (25)

entre crête et tourbière

samedi 27 septembre 2008, par Eustache

Voici une petite randonnée en boucle au départ du Bizot (sur le plateau entre Maîche et Morteau), qui permet de découvrir quelques uns des trésors naturels et patrimoniaux que recèlent ces villages à l’écart de l’axe routier principal.

Stationnement au village, sur la place de l’église (XIVe siècle) classée « Monument Historique » dès 1928.

Distance estimée : 11 km
Dénivelé cumulé montant : 210 m
Temps estimé : 4 à 4h30

Numéro carte IGN Randonnée : 3327 OT - 1:25000

Balisage à suivre : bleu et jaune

JPEG - 121.8 ko
Itinéraire
JPEG - 22.6 ko
Profil

Le Bizot

PNG - 760.6 ko
le Bizot, Eglise St-Georges

L’église Saint-Georges du Bizot est un joyau d’architecture (trois nefs à six travées de voûtes, gothique flamboyant) du XIVe siècle, de l’architecte Pierre Dard et du maître-maçon Perrot.
La toiture couverte de laves (pierres plates) et pesant 460 tonnes est supportée par une charpente de plus de 100 m3 de bois de sapin.
L’intérieur offre une richesse surprenante, tant au niveau de son architecture (clés de voûtes, bas-reliefs) que dans ses tableaux, statues, vitraux...

La maison de justice : Après la destruction du château de Réaumont, la justice était rendue au Bizot : On peut encore admirer ses fenêtres à croisées du XVIe siècle, dont l’une est ornée du bâton de justice ; et sa cheminée qui porte, en bas-relief, le portrait du juge...

L’Almanach Vermot : Le Bizot se flatte aussi d’avoir vu naître deux célébrités, Joseph et Maurice Vermot, les fondateurs de l’Almanach du même nom...

(Voir la très riche histoire du Bizot et des communes voisines ; sur place, un excellent « cyber-guide » est à votre disposition sous le porche de l’église)

Des crêtes...

PNG - 1 Mo
chemin de crête

Après avoir fait le tour du village qui ne manque pas d’attraits, emprunter le sentier balisé qui passe devant la chapelle (réplique miniature de ND de Lourdes !).
On coupe la route à plusieurs reprises, avant d’emprunter une piste forestière.
Le karst affleure de toutes parts, soit sous forme de dalles ou de blocs sculptés plus ou moins profondément (érosion de ruissellement ou de dissolution), soit sous forme de dolines de dissolution...
Puis on se retrouve à cheminer agréablement sur une crête en montagnes russes qui domine quelquefois vertigineusement le vallon humide du Bélieu.

PNG - 1.1 Mo
Château de Réaumont


Sans qu’on s’en rendre compte, on débouche sur les vestiges du Château de Réaumont d’où la vue porte jusqu’au Chasseral... (Imaginez-le un peu sans son relai de télécommunications, façon XIVe siècle !).
Belle forteresse, mais où il faudra cependant être vigilant et ne pas trop se disperser dans les ruines (instabilité de certaines murailles).

... aux tourbières

PNG - 1.1 Mo
dans la tourbière

Le sentier rejoint bientôt la route, au hameau du « Bélieu - Sous Réaumont ». Un peu de route nous conduit rapidement vers les pâturages et la zone humide de la combe.
Un sentier a été tracé au milieu de la tourbière.
Quelques planches et passerelles de bois permettent de franchir de minis cours d’eau sans trop s’enfoncer. Leur couleur peut étonner : bien que limpide, les rus et les gouilles donnent plutôt dans les teintes foncées, brun-rouille !

PNG - 654.8 ko
canneberge

Le tapis végétal est particulier aussi : épais et moelleux, on y évolue d’abord avec circonspection et prudence, puis rapidement on se laisse à aller à savourer cette nouvelle sensation plantaire (ce doit être bien, pieds nus, je n’y avais pas pensé...!).
Sur les sphaignes, s’épanouissent bruyères, myrtilles et canneberges (juste à maturité !).
La forêt est claire, peuplée de bouleaux et de pins à crochets.

PNG - 651 ko
étang des Belles Seignes

Au sortir de ce lieu privilégié, on est surpris de retrouver la « terre ferme ».
On grimpe sur l’autre versant de la combe pour rejoindre une petite route, aux abords de Noël-Cerneux... puis, on redescend aussitôt vers les Rondes Seignes, toujours par la route, puis l’étang aménagé des Belles Seignes (seigne, sagne = marais).
C’est la saison de l’éclatante gentiane d’Allemagne et de la discrète parnassie des marais.

PNG - 843.1 ko
retour au Bizot

On rejoint le hameau de Sous-le-Bois (et encore un bout de route !), puis à travers la forêt, Le Bizot... La flèche de l’église St-Georges nous invite à rejoindre le village où l’on pourra encore flâner et s’attarder...

(Randonnée réalisée le 24 août 2008 ; Sur une idée du magazine « En Vadrouille » 2008)



info portfolio

café « Chez Colette » Château de Réaumont bruyère épilobe hérissée parnassie des marais gentiane d'Allemagne toiture en laves, église St-Georges