Accueil > Re.créations > Racontotes > Petit abécédaire humoristique franc-comtois

Petit abécédaire humoristique franc-comtois

jeudi 11 mai 2006, par Thier

Ce petit dictionnaire humoristique sur la Franche-Comté a été initialement publié sur le site internet du groupe franc-comtois « Machin » (http://www.groupemachin.fr). L’autodérision et l’ironie prouvent bien que le Comtois ne manque pas d’humour et que la région ne se réduit heureusement pas aux clichés véhiculés dans ce document. L’occasion de rappeler que www.cancoillotte.net est né de la volonté de promouvoir les nombreuses richesses de la région. Bonne lecture !

A

Accent : source intarissable d’hilarité pour les Franc-comtois dès lors qu’ils rencontrent un individu qui n’est pas franc-comtois. La réciproque est vraie mais les touristes ont la politesse de ne pas se moquer ouvertement de l’accent Franc Comtois.

Arbois : joli village comtois, désigne aussi une appellation renommée (uniquement en Franche-Comté) de vin AOC. Les Arboisiens sont fiers (on se demande pourquoi) de leur dicton : l’Arbois, plus on en boit, plus on va droit (allez dire ça aux gendarmes si vous avez 2 grammes, et vous verrez le résultat). Arbois est le fief de Henri Maire (qui n’est pas le cousin de Francis Mer) et de Jean-Paul Jeunet (le Grand chef cuisinier de Franche-Comté) et qui n’est pas le frère du réalisateur d’Amélie Poulain (film qui a fait un carton dans les salles bisontines - cf. « de Besançon »).

Averse : désigne le climat comtois en général.

Aymé (Marcel) : écrivain comtois (enfin né en Franche-Comté, du côté d’un village appelé Chaussin - y’a qu’en Franche-Comté que tu peux trouver des noms de patelin pareil !). Chef-d’oeuvre : « La Vouivre », objet d’un film avec Lambert Wilson et une superbe actrice à poil tout le long (y’a au moins ça de bien).

B

Belfort : ça fait partie de la Franche-Comté, Belfort ?

Besac : abréviation de Besançon, capitale comtoise (si, si, Besançon compte plus de 100 000 habitants).

Bise : vent sibérien qui te gèle les miches à longueur d’année (à côté le mistral est un vent torride).

Boulons : rime avec réveillon du Nouvel An à Montbéliard une année sur deux.

Bouseux : premier adjectif qualificatif qui vient à l’esprit d’un Parisien qui s’est retrouvé par mégarde en Franche-Comté. La bouse de vache est tellement vénérée en Franche Comté qu’un village du Jura en a tiré son nom : Bouzailles

Boutique : commerce rare : 15 dans le Jura, 20 dans le Doubs, 10 à Belfort, 1 en Haute-Saône.

C

Cancoillotte : fromage célèbre de Franche-Comté,surnommé « la colle ».

Chalain : « grand lac » jurassien, base nautique réputée (un Marseillais, un Niçois ou un Brestois serait mort de rire)

Château Chalon : appellation de vin AOC et non série télé nunuche avec Chantal Nobel (et la chanson inoubliable de Herbert Léonard).

Cheni : prononcez : ch’ni. Terme de patois signifiant « poussière ». Du coup t’a la pelle à ch’ni, la balayette à ch’ni...

Cheulard : grande gueule.

Cochon : animal fétiche des Franc-Comtois. On en fait les saucisses de Morteau, les saucisses de Montbéliard et les gendarmes. Bref tout est bon dans le cochon, si bien que l’on offre des cochons en pain d’épice à Vesoul le jour de la sainte Catherine.

Comté : autre fromage bien connu dans la région (et ailleurs).

Conduite : La conduite d’une voiture est le grand sujet de conversation en Franche-Comté. En effet, il n’a pas encore été clairement établi qui des Doubistes ou des Hautes-Saônois conduisent le plus mal. En attendant des études approfondies sur le sujet, on entendra fréquemment : « hum, c’est un 70, il ne sait pas conduire » ou « ils ne savent pas doubler dans le 25, ils sautent dans le fossé ! »

Cornet : Quand tous les Français pensent à un cornet de glace, les Franc-comtois comprennent un sac...

Coulée verte : sorte de piste cyclable entre Belfort et Montbé où 2 vélos ne peuvent se croiser sans que l’un tombe dans le canal et qui se trouve coincée entre l’autoroute et la nationale pour être sûr que la pollution endommage bien les poumons des cyclistes...

Court : suffixe généralement accolé au nom de village pour qu’il soit moins court justement. On se perd donc entre les Héricourt, Beaucourt, Audincourt, Bousseraucourt, Buffignécourt, Suaucourt et Pisse loup...

C’te : pronom utilisé par les francs-comtois en lieu et place de cet ou cette : c’te chose, c’te voiture...

Cru : « fait cru » signifie il fait froid !

D

Dious : dieu en patois local : « Nom de Dious ! Cré vingt Dious ! Bon Dious ! » (La honte quoi !).

Dole : ne prononcez pas Dôôôle, ça énerve les Jurassiens. Ville où la délinquance / habitants est la plus élevée en France !!!!!????? (10 habitants, 3 vaches, 1 vol... forcément).

Doubs : rivière et département comtois. Bien sale, bien polluée, bien capricieuse... Excellent lieu de baignade.

E

Eurockéennes : festival de rock dont la notoriété n’a pas dépassé les frontières françaises. Les Franc-comtois disent Eurocks. Comme il pleut chaque année pour les Eurockéennes, les organisateurs ont désormais décidé de payer un marabout pour s’assurer le beau temps... mais il pleut toujours...

F

Femme : objet reproducteur très pratique pour la vaisselle, la lessive, le repassage, la cuisine (humour).

Fougerolles : haut lieu de l’alcoolisme franc-comtois, célèbre pour son alcool tord-boyaux.

France : terre d’asile.

Froid : température moyenne.

Frometon : fromage en langage comtois.

G

Gendarmes : saucisson long et fin toujours par paire.

Goumeau : mixture étrange à la texture du flan utilisée par les cuisinières pour gâcher une bonne tarte aux pommes.

H

Haute Patate : terme utilisé pour désigner la Haute-Saône, terre peu peuplée et typique de la France (bien) profonde et (bien) paysanne. Ville la plus grande (vue comme une mégapole par les Hautes-Patatois) : Vesoul, 10 habitants, 30 vaches.

Hugo (Victor) : né à Besançon.... S’est vite barré, on le comprend !

I

Igloo : sans doute la température annuelle de la Franche-Comté !

Impôt : autrement appelé la Dîme .

J

Jean bonhomme : brioche informe supposée représenter un bonhomme et que l’on offre à la Saint Nicolas.

Jésus : énorme saucisse (on se demande pourquoi, le Christ n’avait pas la réputation...)

Jura : massif montagneux, et département ; terme généralement utilisé pour désigner la Franche-Comté dans son ensemble (ce qui a le don d’agacer les Doubistes ou habitants du Doubs).

L

La, le : particule que les Francs-comtois utilisent devant les prénoms : la Marcelle, le Roger, la Germaine, le Glaude... Les parigos apprécient !!!

Lion : animal légendaire que l’on peut soit disant croiser au fond des bois franc comtois. Représenté partout, il est l’animal fétiche franc comtois : Lion de Bartholdi, Lion de Peugeot, épicerie du Lion.

Loue : autre rivière comtoise, encore plus sale et polluée que le Doubs, autre lieu de baignade chéri par les habitants du coin.

M

Machin : célèbre groupe franc-Comtois dans lequel Thiéfaine à sévi (s’en souvient’il ? eux oui !)

Macvin : apéritif local ma foi plutôt fort.

Mamaille : synonyme de « binz ».

Météo : inutile en Franche-Comté, le climat est toujours le même : pluie, froid, pluie, froid...

Méton : agrégats translucides qui se vendent dans des cornets en papier et qui chauffés dans l’eau forme la cancoillotte...

Montagne : mot abusivement utilisé par les Franc Comtois pour qualifier n’importe quel relief à faible altitude, ce qui ferait mourir de rire n’importe quel Savoyard.

Montbéliard : désigne tout à la fois une ville, une vache, une saucisse. Si un Comtois te dit qu’il se boufferait bien une Montbéliard, c’est qu’il souhaite manger une saucisse et non pas se farcir une vache ou une habitante de Montbé (comme on dit là-bas).

Mont d’Or : rien à voir avec le massif volcanique d’Auvergne. C’est un fromage franc-comtois tellement liquide qu’il se mange à la petite cuillère. Pour qu’il dégage plus d’odeur on peut aussi le passer au four, il s’appellera alors : « Mont d’Or chaud » et se mange évidemment avec des patates...

Morbier : autre fromage avec un truc foncé bizarre au milieu

Morille : champignon mis à toutes les sauces dans la « cuisine » comtoise. T’as le coq aux morilles, la truite aux morilles, la croûte aux morilles, le rumsteck aux morilles, le veau aux morilles... manque que la choucroute aux morilles, le cassoulet aux morilles, le couscous aux morilles...

Morteau : énorme saucisse bien grosse et bien grasse dont raffolent les Francs-Comtois. T’en bouffe une, tu prends 10 kgs.

Morvillars : élégant village du Territoire de Belfort où Madame de Fond de Teint élit chaque année une « Miss Fête de la Bière ».

Mouthe : charmant village comtois, accessible 3 jours par an, en août, quand la neige a enfin fondu. Moyenne thermique : - 30°C. Record : inconnu, aucun thermomètre n’ayant tenu le choc.

N

Noix : t’en trouves partout : dans les salades, les tartes, le sauciflard, le fromage... même le pinard a le goût de noix !

O

Oignon : nom d’une rivière comtoise - fallait déjà l’inventer celle-là !!!

Ordinateur : objet contemporain inconnu en Franche-Comté.

Ou bien : expression bien commode que l’on peut placer n’importe où dans une phrase... Le plus fréquent est : « Bonjour. Ça va ? Ou bien ? ».

P

Paris : désigne une terre lointaine, où on s’entre-tue, où les gens sont des sortes de martiens bizarrement habillés et entourés d’objets incroyables appelés téléviseur, magnétoscope, voiture, ordinateur...

Personne : dans l’expression « j’ai personne vu » on peut savourer toute l’originalité du langage franc-comtois...

Peuge : Bosser pour Peugeot à Sochaux. À peu près seul débouché dans le monde du travail dans la région.

Pipe : spécialité de Saint-Claude, petite ville du Jura (j’en vois qui vont être intéressés...)

Pluie : climat comtois (voir à « averse »).

Poligny : Haut lieu réputé, car c’est (soi-disant) la capitale du Comté ! Je connais mieux comme réputation (y’a une miss Comté ?).

Pommes de terre : synonyme de patate. Aliment de base franc comtois, qui accompagne merveilleusement les différentes saucisses régionales et frometons. Emblème de la haute Saône.

Pont : diminutif de « Pontarlier » signifiant un alcool type Pastis. Si quelqu’un dis : « T’viens prend’ l’apérrrrrrooo ( »o« ouvert) ? », c’est pour boire un Pont !

Proust (la Madeleine) : grande comique (qui ne fait rire qu’elle) connue dans le monde entier.

R

Reculées : falaises jurassiennes ressemblant au bout du monde.

Résidences : habitations confortables partout en France, à l’opposé des quartiers mal famés de Franche Comté.

Rioz : se prononce Rio. Commune de Haute Saône, célèbre pour son carnaval et qui essaye de persuader les touristes que la météo franc-comtoise n’est pas si pourrie que cela. L’imposture continue avec Avignon (commune du Jura), préfecture du Vaucluse ou Venise (commune du Doubs). Tous ces noms de villages franc-comtois sont choisis pour rappeler la Provence alors qu’en fait le climat franc-comtois est plutôt Frais (commune du Territoire de Belfort) et proche de celui de la Bretagne (autre commune du Territoire).

Rousses (les) : station de ski jurassienne réputée : sa piste de ski, son hôtel-restaurant-bar-tabac-poste-pharmacie-épicerie-banque-garage, ses 5 habitants, ses vaches, son médecin/guide/maire/banquier/garagiste/sage-femme.

S

Sainte Catherine : jour férié à Vesoul où l’on élit la Catherinette de l’année. Il est d’usage de s’offrir des cochons en pain d’épice avec un sifflet dans le cul.

Sanglier : cochon sauvage spécialement créé pour distraire les Franc-Comtois. Premièrement le sanglier peut-être chassé, ce qui procure un loisir agréable au franc-comtois équipé d’un fusil... Deuxièmement le sanglier affolé par les coups de fusil, traverse les routes, ce qui permet de tester l’habileté des conducteurs à maîtriser la trajectoire de leur véhicule (voir définition de « conduite »).

Savoureuse : Nom de la rivière traversant Belfort. N’a de savoureuse que le nom.

Soleil : terme inconnu ou rarement usité en Franche-Comté. Désigne un astre visible en Alsace, en Bourgogne, en Savoie voire en Suisse (et au-delà paraît-il, mais peu de Comtois sont allés explorer le monde plus loin).

Suisse : écoutez un Comtois pure souche parler, et vous comprendrez !!!

T

T’as meilleur temps : Se dit « Tu ferais mieux » dans le reste de la France. Par ex : « t’as meilleur temps de mettre des pneus neiges que de laisser tes pneus normaux par ces temps qui courent... »

Territoire de Belfort : Plus petit département français qui grâce à son numéro 90 permet aux automobilistes belfortains de passer relativement inaperçus en région parisienne.

TGV : train mondialement connu qui va très vite, fabriqué en Franche-Comté mais qui ne roule pas en Franche-Comté. Les Francs-comtois préférant la bonne vieille Micheline.

Thiéfaine : chanteur du coin que les Comtois croient célèbre dans le monde entier. A fait une télé (Le journal régional de France 3).

Tout seul les deux : Abréviation de « tous les 2 ». Ne cherchez pas à comprendre...

Trou perdu : désigne la Franche-Comté dans son ensemble.

Tuyé : prononcé « Tué ». Grande cheminée hideuse où on fume les saucisses (enfin, où on fumait, maintenant on fait les saucisses comme les hamburgers à Mc-Do... y’a quelques progrès technologiques quand même).

V

Vache : mammifère animal plus nombreux que le mammifère humain en Franche-Comté.

Venir aux nouvelles : synonyme de « demander des nouvelles ». Expression typiquement franc-comtoise habituellement utilisée par votre interlocuteur au téléphone qui n’a pas encore compris que la télé transportation téléphonique n’existe pas et que par conséquent il ne « vient » pas.

Vers : préposition indiquant une direction mais que les Franc-comtois confondent systématiquement avec le mot « avec ». Exemple : « j’étais vers Gaston pour parler du schmilblick ».

Vesoul : préfecture de la Haute Saône qui se targue d’avoir une chanson de Brel à son nom. T’as voulu voir Vesoul, on a vu Vesoul.

Vieux Marc : digestif local, que celui dans les bronzés, et ben à côté c’est de la liqueur pour mauviettes, nom de Dious !

KQWXYZ : c’est quoi ces lettres, y’a qu’en Alsace et en Pologne qu’on les utilise !